Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 00:01
Wrecking : Naufrageur : Personne qui se place le long des côtes et provoque le naufrage d’un navire (en simulant la lumière d’un phare) afin d’attirer ce dernier vers les récifs pour s’emparer de sa cargaison. Au XIIe siècle, en Bretagne, le droit de bris attribuait au seigneur du lieu les épaves rejetées sur le rivage, ce qui poussa certains d’entre eux à provoquer ces naufrages. La fréquence de ces naufrages provoqués poussa Henri II d'Angleterre à intervenir dans la province en 1166.

Partager cet article

Repost0

commentaires

eva 25/04/2012 20:01

Je ressens de la tristesse.Bien seul le petit Tim dans son sombre projet...
J'aurais aimé voir arriver au bout du chemin des copains, venus partager le feu, les chants.

Papy Cyrix 25/04/2012 18:03

Je ne sais pas trop... Je dirai une forme d'hommage aux marins morts de cette façon, une certaine nostalgie repentante?

Cari 18/02/2011 18:33


C'est sublime! Et la dernière case m'apporte beaucoup de sérénité même si les rochers ont quelques choses de pas rassurant ^^ Bonne continuation


Henouille Evelyne 14/11/2010 16:05


super les dessins et couleurs tres original


cam 14/11/2010 11:32


Tu mènes bien ton monde ... C'est fin, j'aime bien cette mise en exergue de la poésie des images par la brutalité du texte.
Je n'imaginais pas du tout être emportée sur ce rivage en commençant à lire !


cristalcrane 12/11/2010 23:34


" on peut dire pas mal de choses sans raler aussi"..à méditer....je médite et j'apprends....MERCI TIM.


Zevet 12/11/2010 15:33


Je viens du blog de Laurel où le dessin du jour est la fameuse cabane de Maadiar. Au début, j'ai pensé "Le salaud avec sa maison de pierre ! Qui se permet de cramer l'œuvre de Maadiar !"
Puis j'ai eu un petit flip à la vision des écueils,et un gros, à la lecture de la définition de naufrageur. Je ne l'avais pas venu venir, glop !


HuitSix 12/11/2010 14:49


j'en pense que c'est une putain d'histoire de hippy ;)


Tim 12/11/2010 09:43


Oday : J’aime bien cette idée d’intimité personnage/lecteur, merci pour ton commentaire !

Chloé : Elle est pas belle la vie ?

Frankk : Héhé, j’avais hâte que quelqu’un remarque que les herbes forment des vagues…

Crbr : Haha j’espere que je me couperais pas une oreille, quand même, ça serait dommage.

Cristalcrane : Je te renvois à ce que dit Alfred : entre une gratte cramée, et un bateau écrasé, qu’est-ce qui est le plus corrosif ? ;-) De moins en moins virulent, de plus en plus rêveur, je sais
pas. Peut-être que comme je fais moins de notes qu’avant je privilégie celles où j’ai l’impression de dire quelque chose qui me tient à cœur, plutôt que juste râler comme d’hab. On peut dire pas
mal de choses sans râler, aussi.

Fabienne : Y’a pas de mal, le but est justement de prendre le lecteur à contre-pied :o)

Lucille : De rien !

Mat : MERCI !

Alfred : Tu as parfaitement résumé ma pensée.

Hordak : Ouaip je trouve aussi que je me débrouille mieux quand y’a pas de texte…

DevilDog : Merci.

Manonlafolle : Ah, super les Kings of Convenience, j’adore “Misread” d’eux !

Glouk: Mais RHAAAA le texte à la fin n’est pas là pour *expliquer* la planche, il est là pour dire “Vous avez cru que cette planche parlait de truc, bah en fait ça parlait de bidule” :o)

Evan : Merci beaucoup !


Evan 12/11/2010 00:29


D'autres ont détaillé.
Je vais faire court : j'aime le calme et la profondeur du récit.
bravo pour le vent dans les herbes hautes. C'est très beau.


Glouk 11/11/2010 22:13


Je suis fan des herbes violettes en cases 1 et 9 ^^. Le panoramique vers le bas des cases 10-11 donne un effet de vertige assez sympa et inattendu je trouve.

Par contre la dernière case quoique très belle s'enchaîne un peu bizarrement, et perso j'avais pas compris l'histoire avant de voir l'explication...

Mais bon, ca n'enlève pas grand chose à la grande qualité de cette note ;o)


Manonlafolle 11/11/2010 14:59


j'ai beaucoup aimé (comme d'habitude en somme) mais il y a dans cette note une ambiance particulière (ce qui était le but!), de calme, la musique m'a rappelé les Kings of Convenience que j'écoute
en boucle en ce moment. Comme une après-midi d'hiver à la mer. Un peu de cette mélancolie dans cette note.
Merci


DevilDog 11/11/2010 12:19


Je serais bien incapable de dire ce que j'ai ressenti... Mais c'était loin d'être désagréable...

Merci.


hordak 11/11/2010 12:17


Ton style est plus affirmé quand la narration est silencieuse, non appuyée par les dialogues.Du coup c'est moins anecdotique, plus fort et je préfère. Ceci dit, concernant la mer je préfère à cette
planche, la chanson que tu as mise en image, beaucoup plus chiadée et expressive (voire expressionniste)

Ps: Les naufrageurs bretons, cela me rappelle un livre de Akira Yoshimura, justement appelé "Naufrages".


Alfred 10/11/2010 23:59


@cristalcrane : Au lieu de balancer sa gratte dans le feu, Tim attire des bateaux qui viennent s'écraser sur les récifs. Je trouve ça 1000 fois plus corrosif.


Mat. 10/11/2010 23:53


Tout simplement l'une de mes préférées !
Bravo ! ^^


Lucille 10/11/2010 21:32


Beaucoup de calme et d'apaisement après une journée de travail! Merci!


Fabienne 10/11/2010 21:15


Au début, je me suis dit : "Tiens, il se fait une soirée romantique !". Puis, je n'ai pas compris pourquoi les falaises jusqu'à ce que je lise les explications bien que j'ai déjà entendu parler de
cette histoire. Et j'ai trouvé ça moche, ça me gâchait mon idée romantique.
C'est peut-être moi qui ne sait pas bien lire les images ou qui suit trop d'humeur fleur bleue. Donc, ne le prenez pas comme quelque chose de personnel.


cristalcrane 10/11/2010 20:57


j'aurais adoré que dès le début tu balance ta guitare au feu, histoire de la jouer un peu plus corrosif que ce qu'on attends de toi. ça fait des années que je suis ton blog et je te trouve de moins
en moins virulent,de plus en plus rêveur. Tu deviens un mec qui fait de la bd, on dirait que tu n'est plus un mec qui fait de la bd ET qui a des choses à dire...Chacun son évolution. Quoi qu'il en
soit je te reste fidèle parce ton style est vraiment cool, mec !


crbr 10/11/2010 20:28


c'est excellent, poétique et en plus on apprend des choses!vous êtes le vangogh du feutre!bravo!
http://www.crbrleblog.com blog de dessins modestes sur overblog


frankk 10/11/2010 19:24


Très beau, très beau !

J'aime beaucoup l'idée de l'herbe qui imite les vagues et nous fait entrer doucement dans le sujet.

Sinon, j'ai envie de dire qu'il y a vraiment des mots pour tout !


Chloé 10/11/2010 16:12


J'ai trouvé ça très beau. C'est emplis de poésie comme tu sais si bien le faire. Et puis en plus, avec la petite note en dessous, on apprend quelque chose, et moi je demande que ça. :) Que du
bonheur, en bref. ^^


Oday san 10/11/2010 15:51


Bonjour,
Mmm une invitation à réagir c'est partis ;-) 
J'apprécie la référence à l'histoire cela crée un autre contexte compréhensif.  
Difficile de mettre des mots sur ce que je ressens en voyant ces bulles, cependant je peux facilement dire que j'aime être surprise, je me sens liée au personnage, peut être car seul le lecteur
sait ce qu'il fait...euh c'est une sorte d'intimité entre lui et nous. 
Bref j'aime l'effet de surprise,les falaises sont très belles, ça me donne envie de m' allonger pour regarder la mer et imaginer des histoires liées à la piraterie des siècles dernier^^
Merci de nous faire partager tes dessins sur ton blog!
Ps : Ahhh y'a une musique qui va avec ?


Tim 10/11/2010 15:45


Eva : Etonnant :o)

Kiki : Merci ! Tiens-moi au courant quand tu fais ta bd.

Clémentine : Rhaaaaaaa mais c’est fait *exprès* si au début on ne pige pas que je viens d’une plage (ou d’en bas de la falaise) comme ça après y’a la surprise, on pensait que cette histoire se
passait dans une plaine et hop, surprise, en fait c’était sur une falaise :o) J’ai écrit la définition de naufrageur exprès différemment du reste comme à la fin de certains films où y’a une voix
off ou un texte qui explique quelque chose sans que pour autant tout nous soit montré normalement. Ca donné un coté «épilogue» que j’aime bien.


Clémentine 10/11/2010 15:07


J'y vais aussi de mon petit commentaire ;)
Comme d'hab j'aime beaucoup et je n'ai rien à redire sur les proportions, couleurs et sensations transmises lors de la lecture de cette note...
Par contre je n'avais pas fait gaffe sur les deux premiers dessins que ton personnage venait de la plage (il manque peut être une case) mais j'ai aimé que tu expliques la notion de naufrageur, ça
donne une autre dimension à cette note, d'ailleurs pourquoi l'as tu rajouté ensuite et non pas intégré à la dernière case?


kiki 10/11/2010 13:35


ah crotte j avais pas mis la chanson avant de lire la note...
bon je farai quelques chose de moin "gonzesse a la guitare qui fait des arpeges", sans etre mechant, juste je n aime pas trop ce style...
:P


kiki 10/11/2010 13:33


ca dechire !
ca me donne envie de faire une chanson la dessus, a la "the rover" de led zeppelin (=vagabond en anglais ancien)
je te tiens au courant :P

J aime toujours autant ton blog et j admire ton style !


eva 10/11/2010 12:32


J'aime pas. Malgré la beauté des images.
C'est plein de mauvaises intentions. Et ce n'est pas la musique (pourtant très belle) qui va "endormir) mon sentiment.


Tim 10/11/2010 11:35


Ah oui peut-être, je me souviens pas (en tout cas ça m'avait pas trop plu je pense, à la fin).


Scribe 10/11/2010 11:28


Huhu, merci pour ces réponses très pertinentes à mes pensées parasites. :D

Me semblait que tu l'avais déjà fait, accoler plusieurs feuilles A3 pour faire des dessins très "haut". Mais j'ai ptet rêvé.


Tim 10/11/2010 11:23


Scribe : Tu as tout à fait raison. J’ai lu aussi cette page et malgré le fait que ça tienne pas mal de la légende urbaine, le but était de créer une (petite) confusion de sentiments entre le début
poético-guitaresque et la fin mal intentionnée, quitte à prendre une certaine liberté vis-à-vis de la véracité du truc. Même si ça ne marche pas, l’intention reste fourbe, c’est surtout ça que je
voulais montrer :o)


Scribe 10/11/2010 11:18


Ah, et je me suis aussi interrogé sur le "wrecking".
D'après ce que j'ai lu dans le wiki anglais, c'est plus une pratique qui consiste à récupérer ce que rejette une épave que la personne qui provoque un naufrage. Et apparemment, ça tiendrait plus du
mythe que de la réalité, la confusion avec un phare étant peu plausible, ou en tout cas il n'y a pas vraiment de preuve que ça ait été une pratique répandue. Ça serait intéressant de lire un
bouquin bien documenté sur la question, pour savoir ce qu'il en est vraiment.

http://en.wikipedia.org/wiki/Wrecking_%28shipwreck%29


Tim 10/11/2010 11:14


Scribe : L’herbe violette y’a que ça de vrai j’te dis. 1) Ouais je sais pas jouer de la guitare mais c’est normal personne ne sait jouer de la guitare, c’est trop dur de tordre ses doigts comme ça,
doit y avoir juste 4 ou 5 personnes qui savent jouer de cet instrument je pense, tout le reste c’est du fake. 2) J’ai mis plein jeunes de l’ump sous le bois, ça prends très bien, un jeune de l’ump.
3) si la chute ne te parait pas dramatique c’est que comme moi tu trouve ça très poétique d’allumer un feu pour faire échouer un bateau chargé de marins sous-payés, félicitations ! 4) C’est pour ça
que je me suis dessiné en silhouette, si je m’étais dessiné de face on aurait vu ma tronche cramée.

Le tryptique, bah… J’avoue, je sais pas comment faire un dessin qui prend 3 feuilles A4. Au niveau du raccord, c’aurait été dégueu, dessiner un truc aussi long et le remonter sans que ça se voit,
je sais pas faire. Tu me fais pleurer, mon cœur saigne.


Scribe 10/11/2010 11:06


Moi ce que j'ai préféré c'est... ton ciel avec ses nuages roses et ton herbe violette. Et aussi cette "incurvaison" (heu, ça doit pas exister ce mot, tant pis) de l'horizon qui change en fonction
des cases (ma planche préférée étant celle où tu joues de la guitare avec la maison derrière).
Si je veux résumer mes impressions dans l'ordre où elles sont apparues :
1) Oh c'est joli cette musique (oui, je confirme, c'est bien de l'écouter en même temps qu'on lit la note). Ça colle bien avec cette préparation du feu de camp. Je trouve pas qu'il y ait de case en
trop, au contraire j'aime bien cette phase de préparation.
2) [Pensée parasite 1] Tiens mais il va jouer de la guitare, alors qu'en vrai je parie qu'il sait même pas en jouer, c'est du bluff.
3) [Pensée parasite 2] Si tu crois que tu vas allumer un feu en lançant comme ça une allumette dans un tas de planches, tu as de l'espoir, ça marche que dans les films.
4) J'arrive au triptyque de la falaise, et puis à la chute. La chute ne m'a pas vraiment fait l'effet d'un twist "dramatique". Je suis resté dans cette idée que c'était beau, et que même si c'est
pour faire s'échouer un bateau, la scène restait belle.
5) [Pensée parasite 3] P'tain, avec un brasier pareil, dans la vraie vie il resterait pas comme ça à un mètre, trop chaud.

Donc oui, j'ai l'art de toujours m'écarter du chemin de pensée normal pour m'arrêter sur des détails à la con. Car dans le fond bien sûr qu'on se tape de toutes ces incohérences, j'ai trouvé
l'histoire jolie, tout à fait adaptée à la musique.
Une petite remarque quand même : le plan de la falaise en trois morceaux, il aurait peut-être été plus efficace d'un seul tenant, pour qu'on puisse passer du ciel jusqu'aux récifs d'un seul
mouvement d'œil. Surtout que depuis le début de l'histoire, chaque case correspond à un moment de l'action, alors que là c'est la même scène. Mais après je l'ai ressenti comme ça, je suis peut-être
le seul.

[Pensée parasite 4] A la vitesse où ça va brûler, il aurait dû prévoir plus de bois, là en une heure y'a plus rien.

Oui, on se refait pas...


Tim 10/11/2010 11:04


Rore : L’explication est là exprès, c’est un peu la «chute» même si j’aime pas ce terme car ça fait «gag». C’est comme au zoo quand tu vois un animal et tu te demandes pourquoi il a une crête
bleue, bah tu lis le petit panneau devant la cage et hop tu piges :o) Sinon merci pour le gentil commentaire.

Jellicle : Merci beaucoup ! Ca fait plaisir si l’effet «gentil, ah en fait, non pas trop, mais en même temps il a l’air peace» fonctionne bien.

Cleamolette : Oui Snow Camping s’y prête bien aussi (la fin vers 02 :00 est sublime) mais dans Wrecking y’a que de la guitare sèche (enfin presque) du coup c’est comme si je jouais cette chanson
sur la falaise :o) (

Bb : Merci !

Seeeeb : Pas mal de choses ne sont pas évidentes sur cette note et c’est fait exprès. J’aime beaucoup le fait qu’en apparence le bois puisse venir de n’importe où alors qu’à la fin on comprend
qu’il peut provenir d’une épave. C’est comme dans un film où à la fin on se dit « Ah ok en fait le truc que je pigeais pas au tout début du film c’était ça ! » :o) Sinon oui, j’aurais pu mettre un
bateau à la fin mais j’aime penser que le personnage allume un feu «au cas où» un bateau passerait. Mais y’aurait pu avoir un bateau à la fin, oui c’est vrai. Merci pour ton commentaire !

Kieran : Si je me suis embêté à faire plusieurs cases avec pas mal de plans sur les herbes hautes c’est pour qu’on ne se doute pas que ça se passe sur une falaise ;o) D’où le travelling final qui
dit qu’en fait ça se passe pas n’importe où, héhé. Tu as tout à fait raison pour le bateau comme Seeb me l’a dit plus haut. Merci pour le livre de Yoshimura, j’vais chercher ça ! :o)

Griz : Merci ! C’est vrai que cette case finale casse un peu le reste.


Griz 10/11/2010 11:02


bon alors comme on me demande mon avis...
comme au dessus, je trouve que la dernière case, n'est pas très pertinente, et un peu trop en rupture avec le reste.
toi en ombre chinoise orange, j'trouve que ça passe bof.

je préfère le début de la note, avec le traitement du ciel et de l'herbe que je trouve très très joli.

sinon c'est tout plein de poésie, et j'aime beaucoup :)


Kieran 10/11/2010 10:53


Sur le même sujet, je recommanderais le très court roman "Naufrages" de Akira Yoshimura ... sur un village de pêcheur au Japon qui en période de famine organise des "wreckage.


Kieran 10/11/2010 10:49


Très bonne note !

J'aime particulièrement le mélange dramatique entre un type qui joue tranquillement à la guitare à côté de son feu tout en laissant le doute sur ces intentions (le feu est un acte inconscient ou
volontaire ?).

Niveau critique (vu que tu demandes), je dirais deux choses :

1. L'ensemble aurait pu être ramassé en moins de cases. Bref, quelques cases pourraient être retirées ou fusionnées. D'ailleurs, l'ensemble de l'histoire pourrait uniquement se passer sur la
falaise (pas besoin de la maison du tout p.ex.).

2. Le "travelling" final est très bien, avec cette sorte de descente vers les rochers. Par contre, la dernière case est en rupture avec ce "travelling" et ça sans apporter un grand plus (on sait
déjà qu'il joue à côté de son feu). Donc, même si la dernière case est belle graphiquement, elle casse la narration. Le retour sur le personnage est intéressant. Bref, la case devrait garder la
composition de celle avec les rocher pour garder le rythme et ce serait intéressant que dans la mer on voient un bateau au loin.

Maintenant, je dis ça, mais je ne suis pas un pro ;-)

Kieran


Seeeeb 10/11/2010 10:43


Voilà l'occasion de mon premier commentaire sur le blog ^^

L'idée développée dans la note m'a beaucoup séduit même si elle n'est apparue évidente qu'à la lecture de la définition du terme "wrecking".
Au niveau narratif, c'est très chouette mais pleins de choses m'ont échappé :
- le fait que tu viens de récupéré le bois d'une carcasse de bateau sur la plage, bien que le moyen utilisé pour le faire comprendre est malin, je suis passé à côté.
- je n'ai pas saisit l'idée du "naufrageur", pour moi c'est juste un mec qui joue de la guitare au bord d'une falaise, avec un feu. J'ai cru au départ qu'il faisait ça comme un signe de ralliement
et que d'autres personnes allaient arriver ^^

Sinon, j'ai trouvé le rythme très lent dans la note (ce qui est bien) les choses sont posées et le calme de l'action est un très bon contrepoint à la dureté de sa finalité (même si elle m'avait
échappé).

Bref, note fort sympa, pétrie de bonnes idées mais qui, à mon sens, n'atteins pas son but par excès de subtilité et de non dits.

P'tet il aurait fallu rajouter un bateau su la dernière case.

Voilà, en espérant avoir pu être utile ;-)


Bb 10/11/2010 10:42


Tristesse et mélancolie, avec un mélange de douceur amère


cleamolette 10/11/2010 10:33


Saltbrakers de Laura Veirs... bel album, mais je pense que 'Carbon Glacier', et en particulier la chanson 'Snow Camping' correspond encore mieux à ton post... enfin je dis ça... parce que je me dis
que si tu ne connais pas encore cet album-là, tu vas avoir la chance de le découvrir :)
enjoy, then*


Jellicle 10/11/2010 10:14


Woh ! Personnellement je la trouve très forte cette note. Vraiment très forte. Elle est chargée en émotions, en musique, on sent presque ce vent qui souffle et l'air de la mer. Et puis cette
chute... j'aime le contraste entre les premières vignettes, où l'on croirait voir un musicien un peu "hippie" sur les bords s'installait paisiblement... pour ensuite, dans les dernières vignettes
et grâce à la définition qui suit, comprendre que le personnage n'est pas si peace and love que ça, bien au contraire. La dernière image donne le sentiment de saisir la pensée du personnage, "C'est
beau les naufrages !".


rore 10/11/2010 10:00


heureusement qu'il y a l'explication de ce mot, sinon on comprend pas de suite
ceci dit c'est là une tres chouette note, difficile d'en dire + car ta facon de travailler est dans le ressenti, c'ets pas palpable ni aisemment descriptible


Tim 10/11/2010 09:51


Luchie : J'ai remis le player en haut, ça fonctionne effectivement très mieux :)

Leif : Merci !


Leif 10/11/2010 09:45


La poésie du début de l'histoire, tranche avec le coté vil de la fin, c'est très bien amené. :-) J'ai beaucoup aimé et en plus je me coucherai moins con ce soir !


Tim 10/11/2010 09:33


Margaux : Bon, je vais mettre la musique au début de la note :o) Merci d’avoir pris le temps de commenter.

Lau : Rhaaa je me disais bien que y’avait une couille quelque part, j’vais modifier dès que je peux… !

J’ai fait exprès de ne pas montrer que ça se passe sur une falaise au début. Le truc c’est de faire croire que c’est n’importe où (pgenre une plaine oetico-truc-machin) puis en fait ah non, c’est
sur une falaise et je suis un naufrageur (pas cool). Mais si tu as ressenti de la tristesse, de la lenteur et du vent, chuis content, c’était prévu :o) Pour la définition, elle explique tout
simplement pourquoi je fais un feu, héhé (je le fais pas juste pour le fun). Et sinon, j’ai fait exprès de ne pas mettre d’expression car on n’a jamais d’expression précise quand on fait des trucs
aussi bateau (haha) que ramasser du bois ou jouer de la guitare (enfin pour moi).

Stef : Merchi, c’est ce que j’avais en tête :o)


luchie 10/11/2010 09:33


alors... comme tu le sais, j'aime vraiment beaucoup Laura Veirs, du coup j'attendais l'article! :D

et je le trouve vraiment réussi, l'ambiance colorée est niquel et les dessins superbes.
Je regrette juste que le player ne soit pas en haut, qu'on aie la musique avec l'article :)

Voilà, c'était bien!!


Lau 10/11/2010 09:29


+ case 8, Timo a un peu une tête de ballon.
dommage qu'il n'y ait pas d'expression pour nous guider sur ce qu'il ressent.
ou peut-être "pas dommage" comme ça on y colle ce qu'on veut.


Stef 10/11/2010 09:27


Poétique, cela ma donner l'impression d'un trip "roots" bord de plage en bretagne (pourqoi la bretagne peut être a cause de la falaise). Un coté nostalgique aussi surement dû aux couleurs.

Et enfin l'explication de texte donne un twist marrant et instructif.


Lau 10/11/2010 09:22


"que vous me disiez..."
Que le feu soit au bord d'une falaise et de la mer (ou de l'océan) n'est pas défini dans les premières cases qui sont confuses au niveau de l'espace.
C'était peut être volontaire mais du coup, j'ai eu du mal à me repérer, j'ai du remonter puis redescendre pour comprendre et me laisser aller.
J'ai aussi lu la planche sans la chanson. Et elle ne m'a pas manquée pour m'émouvoir.(je l'ai relue ce matin avec la chanson)
Donc, hier soir, une fois la planche décryptée, j'ai ressenti une tristesse, une lenteur, le vent et les odeurs. Et soudain de la détresse. Cette falaise que l'on dévale et ses rochers acérés à
l'arrivée sont inquiétants, comme s'il s'agissait d'une invitation à s'y empaler.
ou d'un choix à faire.
La dernière case est tout aussi tragique. Le personnage pourrait être illuminé par un coucher de soleil flamboyant mais je le ressens comme brulé vif dans son immobilisme.
Par contre la définition n'apporte rien du tout à mon histoire.
Hahah! je pense qu'on va me prendre pour une folle!
Mais bon chacun ressens à sa façon hein... ?
j'ai tripé en tous cas!
:)