Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:10
 
 

Durant mon voyage au Japon j'ai réussi à prendre le temps de faire 5 dessins dans un petit carnet. Voici le premier de ces dessins. Je l'ai fait ici. Pendant que je le faisais, une dame s'est approché et m'a demandé pourquoi je faisais tout le dessin en bleu. Je lui ai dit que je n'avais pas le temps de mettre plein de différentes couleurs, et que je les rajouterais après. Sa réaction fut assez amusante : «Mettre les couleurs après ? Oh mais c'est très ingénieux, vraiment, moi j'aurais oublié !»

 
 
 
 

Deuxième dessin fait au Japon. Je l'ai fait dans le Parc Ueno, oasis verte en plein Tokyo, ici. Les nombreux petits bancs permettent de regarder les gens s'amuser à bord de grands cygnes, de barques etc. Quand il y a un peu de vent, pas mal de ces embarcations sont emportées vers l'extrémité du lac, et c'est assez marrant de voir tout le monde lutter pour essayer de revenir au port.

 
 
 
 

Troisième dessin fait au Japon. Celui-ci a été fait dans une ruelle pittoresque (bien que très touristique) de Kyoto, ici. Pendant que je faisais ce dessin, un vieux monsieur s'est approché de moi, et a dit «Hmmmm…» quatre ou cinq fois. Il avait l'air un peu sévère mais je vu qu'il est resté plusieurs minutes à m'observer, je suppose que ça voulait dire qu'il appréciait ce qu'il voyait. Juste avant de partir il m'a dit «Hmmm… ARUTISUTO (artiste) !» avec le ton d'un maitre samouraï fier de son élève. Fierté !

 
 
 
 

Ce quatrième dessin a été fait depuis le bar/resto «Efish», ici. La vue sur la rivière Kamogawa est pas mal du tout, les espèces de gros blocs de béton en forme de croix sont assez originaux, j'aurais bien aimé les dessiner plus gros. Sur le dessin la rivière a presque l'air d'un fleuve alors qu'en vrai elle est très peu profonde, on pourrait s'y promener en bottes.

 
 
 
 

Enfin, ce dernier dessin a été fait à Osaka, ici. Si il y a bien un truc qui m'a fasciné au Japon, c'est à quel point il y a plein d'immeubles de formes différentes un peu partout, et disséminés ici et là, de petites temples plus ou moins bien entretenus, nous faisant tout à coup voyager dans le temps. Ici, ce petit temple écrasé entre deux immeubles modernes m'a parlé. Sera-t-il toujours là dans 10 ans ?

 
 
 
 
Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 07:10

 

 
 

Aujourd'hui je vais vous raconter une belle histoire survenue lors de mon séjour au Japon. Vers 8h, Vanessa et moi nous sommes partis de Tokyo vers Shin-Fuji. Pourquoi s'arrêter à Shin-Fuji ? Parce que de là un bus allait nous emmener aux alentours de 10h vers le Shibazakura Festival, un magnifique parc fleuri avec une vue sur le Fujiyama à tomber par terre. Ci-dessous, une petite carte.

 
 
 
 

Le trajet en bus de Shin-Fuji vers le Shibazakura Festival ne devait durer qu'une heure et quart, mais comme nous étions en pleine Golden Week, le chauffeur du bus nous a informé que le trajet serait plus long. Effectivement, il passa d'une heure et quart à trois heures. Bon, au moins nous étions dans un car climatisé, c'était déjà ça... Etant donné que nous ne voulions pas rater le train Shinkansen de 17h11 nous emmenant à notre prochaine destination (Kyoto) le chauffeur nous conseilla de ne pas rater le bus de 15h retournant du Shibazakura Festival à Shin-Fuji - vous suivez ?

 
 
 
 

Une fois arrivés un peu avant 13h au Shibazakura Festival, nous avions donc tout juste deux heures pour profiter du festival. Ce fut amplement suffisant, voici des photos :

 
 
 
 
 
 
 
 
 

A 15h, au moment de rentrer, nous nous sommes emmêlés les pinceaux et avons pris un bus bondé (au lieu du même car qu'à l'aller) sans aucune place assise. Autre mauvaise surprise : le trajet de retour était aussi embouteillé qu'à l'aller. Nous commencions donc à nous demander si nous pourrions choper le train de 17h11 à temps. Aux trois quart du trajet (1h30 debout dans un bus bondé qui avance à 15 à l'heure) alors que des gens descendaient du bus à un arrêt, un type dehors me fait des signes et nous demande de descendre Vanessa et moi.

 

Je reconnais alors le type : c'est le chauffeur du car que nous avions pris à l'aller. Sans son képi je ne l'avais pas reconnu, et le képi implique qu'à priori, il ne travaille pas (pause ? fin de journée ?). Il nous fait signe de le suivre. Au début nous pensons qu'il nous guide vers un autre bus (ou car), mais en fait, non, il nous guide vers une voiture dans laquelle nous montons. Il nous dit plusieurs fois "Hayaku !" ("Vite !")

 

Il démarre et là nous nous souvenons que le matin-même nous lui avions parlé vite fait (avec le peu de Japonais que je connais) du train de 17h11 pour Kyoto. Nous réalisons alors qu'il est en train de prendre toutes les petites rues pour éviter les bouchons et essayer de nous amener à la gare à l'heure, 1) avec sa voiture à lui, 2) alors qu'à priori il a fini de bosser, 3) il se souvient de nous et de l'horaire du train !

 
 
 
 

Pendant le trajet nous l'entendons parler avec ses collègues de la gare. Il nous explique qu'il y a vraiment trop de trafic pour avoir le train de 17h11 et qu'il est en train d'arranger le coup pour que nous puissions choper le train de 17h39 avec nos tickets actuels. Ça faisait 1h30 qu'on était debout dans un bus, et là on se retrouve à l'arrière d'une bagnole super classe climatisée avec un mec adorable. On a un peu les larmes aux yeux. Durant le trajet Vanessa lui file sa carte, il nous file la sienne, je lui dis de nous contacter si il vient à Paris, qu'on lui offre un diner. Une fois arrivés à la gare, il explique de nouveau tout à ses collègues. Nous avons finalement du payer un p'tit supplément pour choper en vitesse le train suivant, mais qu'importe, la gentillesse de ce chauffeur a fait notre journée. Nous l'avons remercié comme il se devait.

 

Ci-dessous, le dessin de la situation. Ayant pris la carte de visite de Koïké (c'est son nom), je lui ai envoyé le dessin. Est-ce qu'il m'a répondu ? OUI ! J'ai reçu une réponse 2 semaines plus tard (ci-dessous après le dessin). Il a du traduire son mail avec Google ou un autre truc, mais ce "merci pour la peinture merveilleuse" est tout simplement superbe. Merci encore Koiké !

 
 
 
 

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 07:10

 

Repost 0
Published by Tim - dans Travail
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 07:10

Tout d'abord, de quoi on parle, ici ? On parle de «Ça», livre de Stephen King sorti en 1986. L'histoire d'une bande d'enfants des années 50 qui combattent un monstre tueur de gosses (prenant, entre autres, l'apparence d'un clown), pensent l'avoir vaincu et se font la promesse de tous se réunir si jamais «Ça» se manifestait à nouveau. Vingt-sept ans plus tard, «Ça» revient, et le «Club des Losers» doit se reformer. Sauront-ils recréer le lien qui les a unis auparavant ? Deux époques, deux ambiances, la première teintée d'aventure, de frayeurs mais aussi de rires, la deuxième plus sombre, plus triste et empreinte de mélancolie.

 

 

J'avais 11 ou 12 ans quand je suis tombé par hasard sur le fameux téléfilm de 1990 qui a traumatisé pas mal de gens, et je suis immédiatement tombé sous le charme du Club des Losers comme j'étais déjà tombé amoureux de la bande des Explorers, des Goonies ou de Stand By Me. Le fait d'avoir brièvement vécu aux USA à la même période et dans le Maine (où se situe Derry, ville fictive de «Ça») a consolidé mes liens avec ce film.

 
 
 
 

Lien d'amitié, lien géographique… Ajoutez à cela que deux ou trois ans plus tard je visitai un endroit très similaire à l'antre de «Ça» et vous avez une idée de ce que représente cette oeuvre pour moi : un reflet dans un miroir, un monde que j'aimerai explorer. Une bande dont j'aurai aimé faire partie, avec qui j'aurai aimé combattre Grippe-Sou (Pennywise en VO, admirablement immortalisé par le merveilleux Tim Curry), mais avec qui j'aurais aimé aussi siroter une bouteille de coca dans une cabane secrète le temps d'un été.

 
 

Ce livre, c'est l'histoire d'une grande amitié, un lien à recréer vingt-sept ans plus tard, alors que tous les gosses ont pris des chemins différents, sauf un qui est resté à Derry et se charge de les faire revenir afin d'honorer leur serment. Une promesse de gosse, quelle valeur ça a une fois adulte ? Revenir sur les lieux de son enfance, voir que les choses ne sont pas aussi grandes et belles que dans ses souvenirs, la mémoire qui défaille, le temps qui passe, les amis qui disparaissent… Pas forcément quelque chose de rigolo à lire, mais quelque chose d'intéressant, de vrai, et qui me touche.

 
 

Le 20 Septembre prochain sortira une nouvelle adaptation de «Ça» :

 
 
 
 
 
 

Pourquoi je fais un post sur «Ça» ? Trois raisons : premièrement, comme vous venez de le lire, l'œuvre me touche beaucoup. Deuxièmement, je suis curieux de voir si cette nouvelle mouture rend justice au livre. Troisièmement - et c'est le cœur de ce post - je pense (je peux me tromper) que l'on va beaucoup reprocher au film de surfer sur le succès de Stranger Things, série sortie en 2016, se déroulant dans les années 80, et montrant également une bande de gosses affrontant un monstre. Dans le cas de ce nouveau «Ça», nous sommes en 1989 comme on peut le voir sur la photo de tournage ci-dessous. "Batman" et "Leathal Weapon 2" datent de 1989. (Plein d'autres photos et storyboards ici.)

 
 

Est-ce que ce nouveau «Ça» est un produit destiné à exploiter la réussite de Stranger Things ? Réponse : pas du tout ! Etant un fan de cette histoire j'ai suivi l'évolution du projet presque depuis le début, guettant les articles parlant d'une future adaptation au cinéma. Dès 2009, Cary Fukunaga précise dans une interview que le film se passe dans les années 80. Détail intéressant, nous sommes en 2009, soit deux ans avant la sortie de «Super 8», film sur une autre bande de gosses des années 80 combattant un monstre. Cette interview est une première preuve qu'il ne s'agit pas de surfer sur Stranger Things.

 

Deuxième preuve : l'année dernière j'ai récupéré une version du script datée de 2014 . Ci-dessous, une image des deux premières pages du script. Que peut-on lire en gros dès la deuxième page ? 1987. Un 1987 qui est devenu un 1989 dans le film qui sortira en septembre prochain, mais c'est un détail, l'important étant de démontrer que cette idée de placer l'histoire dans les années 80 est présente en 2009 (interview) et 2014 (script), avant Super 8 et avant Stranger Things. Pourquoi est-ce que ça me parait important de parler de ça ? Tout simplement car j'aime cet univers et je ne pourrais pas m'empêcher d'avoir un pincement au coeur en lisant des accusations injustes d'oportunisme. (Je devrais m'en taper, je sais, mais que voulez-vous, ça me touche.)

 
 

Et voilà, maintenant vous savez quoi répondre aux gens qui diront que ce nouveau «Ça» ne fait qu'exploiter la même recette que Stranger Things. Faites-leur lire cette page ! A titre personnel j'attends avec beaucoup d'impatience cette nouvelle version : nouvelle ambiance, un casting qui s'annonce sympathique, et surtout je sais que je vais en avoir plein les yeux avec ce nouveau «Ça» se déroulant dans une époque différente du premier, mais très familière pour moi qui ai grandi dans les années 80. Dans le téléfilm des années 50 je m'étais très bien identifié aux gamins combattant Grippe-Sou, mais là avec des gamins des années 80 l'identification va être encore plus forte.

 
 
 
 

Ce qui me fait peur avec cette nouvelle adaptation : Nous sommes à une époque où le spectaculaire est très souvent privilégié, que ce soit au cinéma, mais aussi dans la photo ou encore les titres d'articles sur Internet. Le fait que le nouveau film bénéficie à priori d'un bien plus gros budget que le téléfilm de 1990 (ainsi que le look très «creepy» du nouveau Grippe-Sou, voir plus bas) me fait donc craindre un coté trop «poussé» (plus de sang, plus d'horreur etc) qui, à mon sens, ne colle pas du tout avec l'esprit «petite ville» de Derry.

Le faible budget du téléfilm de 1990 donnait l'impression de se passer dans n'importe quelle ville. La seule chose un peu spectaculaire du téléfilm était la scène finale (ratée). Le reste était sobre, voire cheap, mais réaliste : la station de pompage est «normale», le pont des friches est lui aussi «normal», tout comme la séquence du livre de photos qui s'anime, était elle aussi «normale». Cette scène semble avoir été adaptée en séance diapos dans la nouvelle version (voir ci-dessous). Une séance diapos ? Pourquoi pas, après tout c'est parfaitement adapté à l'époque. Est-ce que le nouveau film osera la sobriété ? Je crains que non, mais j'espère me tromper.

 
 

Ce qui me plait avec cette nouvelle adaptation : Le changement d'époque apporte quelque chose de très cool : dans les années 50 «Ca» utilisait les peurs des gamins de l'époque pour les terroriser. On croise donc la Momie (téléfilm et livre), le Loup-Garou (téléfilm et livre), Dracula (livre) et même la créature de Frankenstein (livre). Il serait plus que cool que le «Ca» de 1989 soit en phase avec son époque et se transforme en monstres des années 80 : Michael Myers ? Freddy ? Jason ? Je rêve un peu, mais ce serait parfaitement justifié. Ci-dessous, la Momie et le Loup-Garou du téléfilm de 1990.

 
 
 

Concernant le look de Grippe-Sou, je suis partagé : je ne suis pas fan de ce nouveau look «creepy» qui va à l'encontre du but de Grippe-Sou : attirer les gosses vers lui. Tim Curry était parfait car il avait l'air gentil (même si il était effectivement très creepy dans le livre). Le nouveau Grippe-Sou est trop flippant. Par contre point positif, son costume est identique à la description qu'en fait le livre original, et le fait qu'il porte un costume de clown très ancien rappelle qu'il est là depuis longtemps, bien longtemps.

 
 

J'ai lu ici et là des commentaires comme quoi ce remake était un copié-collé du téléfilm de 1990. Comme le téléfilm de 1990 suit le livre, et que le nouveau film suit également le livre, il y aura forcément des scènes identiques (tout comme il est normal que les 13 adaptations cinématographiques des Hauts de Hurlevent se ressemblent). Il y a pourtant de bonnes raisons d'être optimiste en voyant que des scènes du livre absentes du téléfilm de 1990 ont cette fois-ci été tournées. Ci-dessous, des images de ces scènes... (Non, je ne dirai pas en détail de quoi il s'agit, ce sera la surprise si vous n'avez pas lu le livre !)

 
 
 
 
 

Autre truc intéressant : des scènes inédites ont été tournées :

 
 
 
 
 

En guise de conclusion, voici quatre dessins réalisés il y a quelques années. Les trois premiers montrent des scènes du livre ne figurant pas dans le téléfilm de 1990. Le quatrième montre les Losers ayant définitivement vaincu Grippe-Sou une fois enfant, scène n'existant évidemment pas, mais c'était cool à faire. Rendez-vous le 20 septembre au ciné !

 

 
 
 
 
Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 07:20
 

Il y a deux semaines j'étais chez Max et Marie avec qui j'ai exploré quelques lieux... Voici une petite planche souvenir dessinée à 4 mains ! N'hésitez pas à aller lire son blog ici : http://maxfontaine.eklablog.com/

 
 
Repost 0
Published by Tim - dans Exploration
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 07:30
 

Bonjour ! Plein de choses dans cette note. On va tout d'abord parler d'URBEX : Un grand merci à vous qui avez contribué au succès de ce livre, grâce à vous la porte menant à un deuxième tome s'est ouverte, et si tout se passe bien le livre sortira en septembre 2018 ! D'ici là, je vais bien sûr continuer à faire des explorations et les poster sur le site, seulement certaines visites seront mises de coté pour être dans le livre à venir... J'espère que ce que je vous proposerai dans ce second tome vous plaira. Encore un grand merci à vous ! Pour être tenu au courant de ce qui concerne URBEX, rendez-vous ici.

 

 

Autre chose : J'ai réalisé un dessin pour une expo collective sur le thème «MASK», présentée par le Studio Bysshe, et se déroulant à la galerie de Ronéo & Zinette (Limoges) du 6 au 31 Mars prochain. Ci-dessous après l'affiche, voici le dessin, «Un masque fait avec des (véhicules) MASK» ! Je serai présent lors du vernissage, en compagnie des autres artistes qui seront également probablement présents : Nicolas Bannister, Scott Park, Antoine Dodé, Le Grand Garçon, Nico Troti et Les Gentils Garçons.

Quelle date pour le vernissage ? Jeudi 9 Mars ! Je serai présent dès 17h30 en dédicace. Il y aura très certainement des Urbex, Promenade et Quotidien Survival, mais vous pouvez aussi apporter votre exemplaire, je vous ferai un dessin dedans ! Evenement Facebook

 
 
 

Enfin, samedi 4 Mars prochain je suis au «Salon du Livre Jeunesse de la Ferté-Bernard». Si vous voulez une dédicace dans «Urbex», «Promenade» ou «Quotidien Survival», rendez-vous samedi 4 Mars à la Ferté-Bernard, Centre Culturel Athena, 10h/18h !

 
 
Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 12:30

 

Il y a quelque temps Geek-Art m’a contacté pour me proposer de faire des affiches inspirées de jeux vidéo à la manière de la couverture de Promenade, qui est elle-même inspirée de Solstice. Ci-dessous, la couverture de Promenade (éditée aux Editions Lapin).

 

 

Étant familier de Zelda, particulièrement des deux épisodes sortis sur Nes, j’ai aussitôt accepté et je me suis mis alors à faire des recherches...

 
 

Et voilà ci-dessous la carte finale, intitulée "Path of the Adventurer" ! Elle comporte des cases identiques à celle du premier Zelda, d’autres sont inventées. Link commence son aventure tout en bas, rencontre des Octoroks, ramasse des Rubis, évite des Tektites, tombe sur des Moblins, trouve un cœur, visite les Bois Perdus, fait un détour par le cimetière où l’attend un Ghini, et arrive enfin à la Montagne de la Mort !

 
 

Ci-dessous des photos de la carte une fois imprimée...

 

 
 
 
 
 
 

Le poster final est un format A3 (il mesure 29.7cm par 42). Son prix est de 32€ et il y en a 100 exemplaires. Vous voulez la commander ? Rien de plus facile, rendez-vous ici ou cliquez sur l’image ci-dessous.

 

 

Une autre carte ? Allez, une autre carte, mais cette fois-ci dans l'univers de Super Mario Bros : "Path of the Plumber" !

 
 

Ci-dessous des photos de la carte une fois imprimée...

 

 
 
 
 

Le poster final est un format A3 (il mesure 29.7cm par 42). Son prix est de 32€ et il y en a 100 exemplaires. Vous voulez la commander ? Rien de plus facile, rendez-vous ici ou cliquez sur l’image ci-dessous.

 
 
 

Prochainement une autre carte, inspirée d'un autre titre de la NES !

 
 
Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 00:01

 

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 07:30

.
.
.
.
.



 

 

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 07:30
 

Si vous me suivez depuis un petit moment, vous savez que le Domaine des III Colonnes est mon endroit abandonné favori, et ce pour des raisons variées : histoire riche, deux manoirs (un petit, un grand), des écuries, une citerne, un terrain de tennis envahi par la végétation, une statue retrouvée à coté (et sauvée depuis) et bien sûr, ce qui fait que j'ai donné ce nom au domaine : trois colonnes trônant sur une petite île située au milieu d'un grand et calme lac. Une île que j'ai visitée en compagnie de camarades explorateurs l'année dernière, et sur laquelle nous avons eu la très agréable surprise de découvrir une magnifique statue.

 

 
 
 



Récemment je me suis amusé à imaginer ce que pourrait contenir le grand lac si jamais l'eau se retirait. J'ai pensé à une sorte de temple ancien et oublié, au sommet duquel on trouverait les fameuses colonnes et la jolie statue, qui seraient aujourd'hui la seule chose qui dépasse de l'eau. Ci-dessous, voici le dessin.

 
 
 
 

Comme c'est Noël et que j'ai envie de vous faire un petit cadeau, je vous propose de télécharger le dessin si vous voulez l'imprimer chez vous. Cliquez ci-dessous, bonnes fêtes et rendez-vous en 2017 !

 


 

Ci-dessous, une petite vidéo, faite par Mat. Merci à lui !

 

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article