Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 00:01
 
Endroit abandonné - Maison d'Enfants de l'Avenir Social - Orgemont - Retrouvailles - Confédération générale du travail - CGT - Confédération syndicale française - Campagne - Tennis - Equitation - Militants - Personnel - Grève - Ittimidiation - Educateurs - Service d'Ordre - Pioches - Matraques - Separation - Gendarmes - DDASS - Destruction - Evacuation - Violence - Video - Christian Vander - Stella Vander - Ronde de Nuit - Anne Chemin - Essonne
 
 
 
 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

B
13 nrv tu a beaucoup de détail parfait j ai passer 12 ans de ma vie à orgemont à la fin j était chez les près ados j aimerais bien prendre contacte avec des ancien est surtout avec Nathalie merci beaucoup
Répondre
D
tain j y etais !!! merci tres bonne explic et superbe dessins , j en ai eu les larmes a yeux BRAVO
Répondre
M
salut il y a un facebook aussi
S
Bonjour,
J'ai était visiter votre blog , j'ai était touché par le temoignage. Je voulais vous feliciter pour votre action, pour sensibiliser les gens par une BD.
Pour me présenter, je suis président d'une associtation humanitaire et j'ai etait moi même placé à l'aide social de l'enfance. Ce qui est drole est que le foyer oú j'était sur Meaux s'appel Orgemont. Je n'ai pas envie de raconter mon histoire sur un forum mais j'aimerais que l'on se mette en relation. Pouvez vous me contacter en privé.
Notre combat aujourd'hui est de se battre pour les orphelins dans le monde. Il faut venir en aide à son prochain.
Merci, SOS MADISON INTERNATIONAL
Répondre
L
Dégoûtée pour ces enfants (a présent adultes) et pour la façon dont ils ont été traités. Virés de leur foyer comme des paquets, au petit jour, même pas moyen de prendre leur peu d'affaires avec
eux... c'est quoi ces méthodes?! Dire qu'ils avaient enfin trouvé un semblant d'équilibre dans leur vie agitée... ils n'avaient pas besoin de ça en plus! >
Répondre
A
c'est impressionnant a quel point c'est grand et c'est assez bien conserver, les murs ...

tu n'as pas peur de monter sur les escaliers toi !!

et en revanche dommage qu'il y est tout ses graffs
Répondre
1

Suite d’un témoignage sur la fin d’Orgemont :
« …C’est que dans ce cas la réalité dépasse un peu la fiction !
Quand on a une vie normale, c’est je crois assez difficile de comprendre des
enfants qui vivent dans un orphelinat, encore plus cette histoire de fin du foyer.
D’un côté on avait une vie de luxe, avec un tennis, des chevaux à monter, un
parc animalier avec des cerfs, un terrain de foot, et je ne sais combien
d’hectares de bois.
A ce moment là, il y avait encore je crois 48 ou 49 enfants répartis en 4
groupes d’âges. Chaque groupe possédait une cuisine (mais les repas étaient
gérés dans une cuisine centrale, et c’était bien meilleur qu’à la cantine du
lycée), une salle de jeux, une de musique, une de TV, et une bibliothèque (pas
trop fréquentée).
Dans les groupes des ados et des préados, nous avions des chambres
individuelles avec salle d’eau. Il y avait aussi un labo photo, une salle
informatique, et nous faisions des sorties à vélos et en canoës, avec en plus la
possibilité de s’inscrire dans des activités proposées par les communes voisines.
En résumé, on avait plus de choix que beaucoup de gamins du « civil » !
Tout ça faisait un foyer plutôt sympa, même s’il fallait des fois se battre un
peu pour se faire respecter (surtout quant on était une fille). Les gens qui
partagent ta vie sont tous des frères de qui tu te sens inséparable, jusqu’au jour
où tout bascule brutalement et plus personne te respecte, on te jette dehors,
comme ça !!!
Pendant des années j’ai cherché à savoir ce qui c’était passé, et rien ni
personne ne semblait au courant. J’ai même été à la CGT pour parler avec des
militants, (sans trop en dire car quand on est militant c’est dur d’entendre la
vérité sur cette nuit là-bas, on aurait pu me mettre dehors), mais rien !
C’était comme si une partie de ma vie venait d’être effacée, et on a beau
essayer d’expliquer ça aux gens, ça parait certainement surréaliste !
Moi, je suis partie avec un copain. On a piqué une moto et on s’est sauvé par
un trou dans le mur, derrière le foyer. On a été se réfugier au commissariat, où
une partie des autres enfants étaient déjà. Ensuite on a été accueillis dans une
salle des fêtes, avec nos animateurs. Nous, c’est une famille qui est venue nous
prendre, pour quelques jours, avant qu'on nous trouve un nouveau placement.
On a récupéré nos affaires que quelques semaines plus tard, tout avait été mis
dans des sacs poubelles, sauf ce qui avait disparu… On a pu accéder à nos
chambres que quelques minutes, et encore sous la surveillance des gros bras du
service d’ordre de la CGT !
Ceux-là resteront à jamais une bande de minables à mes yeux ; ils étaient des
adultes et nous des enfants !
Désolé pour ce fleuve un peu décousu, je tape comme ça vient.
Merci pour l’écoute".
Compte-tenu du caractère particulier de ce témoignage, nous respectons pour l'instant l'anonymat de
l'auteur.


Répondre
D
13 ans a l avenir social et j ai pas vecu la fin et tant mieux , merci pour l explic c est d un minable !!!
A

Nous avons visité le site cette après midi. C'est désolant, tout est détruit, saccagé. Je ne connaissais pas l'histoire de ces lieux avant d'y aller, merci beaucoup pour cet article


Répondre
J

Poudlard est tout casssé! Xp


Répondre
J

Ps: les tiots du village a proximité doivent en dire que c'est une maison hanté et doivent se faire peur avec sa, sans même savoir lhistoire du lieu a coup sur ^^
mais c'est bien malheureux tout sa, il faudrait un bon investisseur pour reprendre un lieu super utile comme sa ,afin de redonner du bonheur a ces gamins en détresse social. Le jour ou je gagne au
loto on en reparle =)


Répondre
J

Merci Tim encore une fois pour sa! Les medias ne veulent pa nous montrer ce genre de trucs, mais toi tu y va. Tim tu est un vrai journaliste et d'investigation qui plus est. merci..


Répondre
E

Oui. Ce genre d´établissement cache dans sa mémoire de terribles secrets.


Répondre
1

La technique du hérisson !





Depuis que les « Anciens du Nid » s’adressent aux dirigeants actuels de l’Avenir Social, pour leur demander un légitime et bien tardif droit d’accès à leurs archives d’orphelins, ils assistent à un
consternant spectacle : face à une approche collective pourtant pacifique, ceux-ci se hérissent défensivement, comme s’ils se trouvaient personnellement attaqués par ces requêtes, ils se roulent en
boules et n’offrent qu’une extraordinaire force d’inertie pour toute réponse !



Eludant d’abord les questions pendant 6 mois, par d’affligeantes manœuvres dilatoires qui laissent libre cours à toutes les interprétations, ils se réfugient ensuite derrière une providentielle
"brutale disparition" des dites archives pour se déclarer impuissants ! Alors ils bottent en touche : « circulez les importuns, les fantômes du "Nid" ; ici il n’y à plus rien à voir ! »



Quelles déroutantes attitudes, de la part de cette petite poignée de responsables syndicaux nationaux, vis-à-vis de celles et ceux qui étaient hier encore la fierté de la C.G.T, ces "Enfants de
Travailleurs" qui formaient la représentation vivante de la solidarité ouvrière…



Pourquoi ces personnes se sentent-elles directement menacées par la réapparition des anciens pupilles, et quels terribles secrets les concernant peuvent bien contenir ces cartons, parfois
centenaires, pour être ainsi si farouchement protégés de toutes consultations ?



Il est probable que la réponse apparaitra prochainement, car nous ne pouvons croire que l’ensemble des administrateurs de l’association, pas plus que les responsables de la Confédération, ne
couvrirons longtemps de tels agissements.



Donc dossier à suivre...


Répondre
T

Daniel : Merci beaucoup ! C’est clairement un beau gâchis.

LienRag : C’était des orphelins ou des enfants placés en foyer, mais en tout cas pas des enfants de militants (du moins parmi tous les témoignages que j’ai lu et entendu je n’ai vu nulle part
mention d’enfants de militants). Pour la Hallebarde, ça m’intéresse beaucoup ! Je connais un peu l’histoire du lieu mais je suis pas contre d’autres infos, héhé… ^_^


Répondre
L

Il y a un truc que je n'ai pas compris : les gamins sur place c'était des orphelins dont ils s'occupaient, ou les enfants des militants en vacances ?

J'aime toujours autant ta manière d'aborder l'explo. Je suis en train de récolter des news sur un autre lieu qu'on aime beaucoup (hallebarde), je te tiens au courant, je pense que ça va
t'intéresser.


Répondre
D

Bravo Tim, ton travail artistique est remarquable. Il est toutefois regrettable que "le support de base" existe, c'est un déchirement de voir cela. Quel effroyable gâchis !


Répondre
T

leif : Je suis bien de ton avis, ça pourrait très bien redevenir un foyer.

Myriam : C'est écrit à la fin de la vidéo ;) (Ronde de Nuit : Stella Vander & Christian Vander)


Répondre
M

Bravo Tim ! Beau boulot ! Belle vidéo, belle musique (c'est quoi au fait ?)Et édifiant. Merci.


Répondre
L

Merci Tim.
Très émouvante histoire que celle de ce lieu. J'ai de la peine quand je vois ce que ce lieu aurait pu être et le gâchis que ça a été ...
Voir ce que ça risque de devenir n'est pas fait pour me remonter le moral non plus !!!


Répondre
T

Nomad : Oui cette histoire sent mauvais… Merci pour le futur lien :o)

Mel : Héhé oui les pollens c’est rigolo (et complètement imprévu !) Pour l’histoire de l’endroit, c’est vraiment dommage que ça ait fini comme ça…

Anonyme : Le cerf mort c’était le pire ;)

Zwenskaïa : Dans Charlie-Hebdo, ah ouais pourquoi pas… Y’a tellement d’endroits comme ça avec une histoire pas reluisant.

Musinou : Oui.

Ainga A : Je sais pas si à Orgemont c’était un truc à la RDA mais les gens qui m’ont raconté l’histoire m’ont dit qu’on leur faisait chanter des trucs assez «militants», mais peut-être plus soft,
je sais pas.

Evan : Merci !

Roudoudou : Ah ouais une grosse surprise ! Tout de suite le lieu prend une tournure différente, c’est plus juste un truc abandonné où des gens font du paintball ^_^

Fabienne : Pas sur non plus que la CGT aime cette note, mais tant pis. Merci pour le montage, il est fait un peu à l’arrache au fil de l’eau mais ça passe plutôt bien finalement.

13NRV : Cet été avec plaisir ;)

Hélène : Merci beaucoup pour ton très beau compliment… (C’est assez troublant comme les paroles de la bande-son s’accordent bien avec l’endroit hein ?)

Eva : Merci !

Julie Z : Merci à vous de l’apprécier.

Amy : Haha ouais, copains d’avant « mais dans des circonstances pas rigolotes » plutôt, héhé. Enfin au moins ils se sont retrouvés, et ça c’est plutôt classe.

Marie : Le mot «gâchis» est effectivement le mot qui convient le mieux. Cette affaire a été traité comme une simple grève de personnel sans que l’on se soucie un seul instant qu’on allait gâcher la
vie des enfants qui vivaient à Orgemont (et qui y vivaient très bien d’après les témoignages que j’ai eu). Il n’y a pas vraiment eu Justice dans cette histoire, les enfants ont simplement été
séparés les uns des autres… Mais se sont retrouvés plus tard :o)


Répondre
M

Merci Tim, que c'est triste, cette histoire, quel gâchis, ces enfants devaient être si bien dans cet endroit fabuleux... Une nuit pour tout gâcher, c'est fou comme la vie se détruit vite.
Et ces hommes qui font ça, ils ne détruisent pas que des idées, ni ces vies... J'espère que la Justice a oeuvré dans le bon sens.


Répondre
A

cupoftim, la tasse de thé de tout le monde ! Mieux que copains d'avant pour les retrouvailles. Merci, ce genre de chose, ça fait vraiment plaisir à voir !


Répondre
J

Tout à fait d'accord avec Zwenskaïa !! Merci pour cette note


Répondre
E

Merci. C'est très émouvant. Les dessins sont beaux!


Répondre
H

Tu as vraiment beaucoup de talent... Tim, tu es indispensable ! Et l'idée de Stella pour la bande-son... Perfect ! :-)


Répondre
1

tjr prêt pour la suite tim


Répondre
F

Et en plus le montage est grandiose ! Merci Tim.


Répondre
F

Je n'aimais déjà pas les syndicats. Ca ne va pas s'arranger.


Répondre
R

Hey Tim, t'as fait fort à retrouver ça!
Une grosse surprise d'apprendre cette histoire bien glauque, comme tu les aimes ;)
++


Répondre
E

J'aime bien quand le petit "Tim-crayonné" prend ainsi vie... Il raconte toujours aussi bien ses balades! Touchant, vrai. Joli. Merci !


Répondre
A

Et comme disait Coluche, "CGT = Cancer général du travail, à ne pas confondre avec FO : Farce Ouvrière !" Toute ressemblance avec des camps de jeunesse communiste de la RDA ne serait pas une
coïncidence.


Répondre
M

Est-ce que CGT c'est: http://fr.wikipedia.org/wiki/Confédération_générale_du_travail ?


Répondre
Z

Passionnant! J'adore quand tu fais le reporter!
Les histoires de ces lieux abandonnés pourraient faire l'objet d'un bouquin texte + photos + bédés! Je les verrai même dans Charlie Hebdo tiens !!! Continue, j'adore!


Répondre
A

Quelle est la chose la plus glauque que tu as pu apercevoir durant ce genre d'expédition ? En dehors de l'espère d'amas de chair et le cerf mort.


Répondre
M

je trouve que t'as réussi à faire ressortir quelque chose de très poétique et mélancolique à travers cette vidéo... les pollens qui volent partout ça ajoute une dimension onirique...
ET quelle histoire sinon, ça fait partait de bonnes idées, c'est dommage...


Répondre
N

L'histoire du lieu est tout simplement consternante ... Merci pour tout ça, je mettrai cette page en lien sur la mienne quand je ferai une maj de mon site !


Répondre