Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter
 
 
 
 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 00:01
 
Endroit abandonné - Maison d'Enfants de l'Avenir Social - Orgemont - Retrouvailles - Confédération générale du travail - CGT - Confédération syndicale française - Campagne - Tennis - Equitation - Militants - Personnel - Grève - Ittimidiation - Educateurs - Service d'Ordre - Pioches - Matraques - Separation - Gendarmes - DDASS - Destruction - Evacuation - Violence - Video - Christian Vander - Stella Vander - Ronde de Nuit - Anne Chemin - Essonne
 
 
 
 

 

 

Partager cet article

Published by Tim - dans Exploration
commenter cet article

commentaires

Leina 04/07/2013 06:03

Dégoûtée pour ces enfants (a présent adultes) et pour la façon dont ils ont été traités. Virés de leur foyer comme des paquets, au petit jour, même pas moyen de prendre leur peu d'affaires avec
eux... c'est quoi ces méthodes?! Dire qu'ils avaient enfin trouvé un semblant d'équilibre dans leur vie agitée... ils n'avaient pas besoin de ça en plus! >

alicia 13/12/2011 13:59

c'est impressionnant a quel point c'est grand et c'est assez bien conserver, les murs ...

tu n'as pas peur de monter sur les escaliers toi !!

et en revanche dommage qu'il y est tout ses graffs

13 nrv 19/09/2011 11:06


Suite d’un témoignage sur la fin d’Orgemont :
« …C’est que dans ce cas la réalité dépasse un peu la fiction !
Quand on a une vie normale, c’est je crois assez difficile de comprendre des
enfants qui vivent dans un orphelinat, encore plus cette histoire de fin du foyer.
D’un côté on avait une vie de luxe, avec un tennis, des chevaux à monter, un
parc animalier avec des cerfs, un terrain de foot, et je ne sais combien
d’hectares de bois.
A ce moment là, il y avait encore je crois 48 ou 49 enfants répartis en 4
groupes d’âges. Chaque groupe possédait une cuisine (mais les repas étaient
gérés dans une cuisine centrale, et c’était bien meilleur qu’à la cantine du
lycée), une salle de jeux, une de musique, une de TV, et une bibliothèque (pas
trop fréquentée).
Dans les groupes des ados et des préados, nous avions des chambres
individuelles avec salle d’eau. Il y avait aussi un labo photo, une salle
informatique, et nous faisions des sorties à vélos et en canoës, avec en plus la
possibilité de s’inscrire dans des activités proposées par les communes voisines.
En résumé, on avait plus de choix que beaucoup de gamins du « civil » !
Tout ça faisait un foyer plutôt sympa, même s’il fallait des fois se battre un
peu pour se faire respecter (surtout quant on était une fille). Les gens qui
partagent ta vie sont tous des frères de qui tu te sens inséparable, jusqu’au jour
où tout bascule brutalement et plus personne te respecte, on te jette dehors,
comme ça !!!
Pendant des années j’ai cherché à savoir ce qui c’était passé, et rien ni
personne ne semblait au courant. J’ai même été à la CGT pour parler avec des
militants, (sans trop en dire car quand on est militant c’est dur d’entendre la
vérité sur cette nuit là-bas, on aurait pu me mettre dehors), mais rien !
C’était comme si une partie de ma vie venait d’être effacée, et on a beau
essayer d’expliquer ça aux gens, ça parait certainement surréaliste !
Moi, je suis partie avec un copain. On a piqué une moto et on s’est sauvé par
un trou dans le mur, derrière le foyer. On a été se réfugier au commissariat, où
une partie des autres enfants étaient déjà. Ensuite on a été accueillis dans une
salle des fêtes, avec nos animateurs. Nous, c’est une famille qui est venue nous
prendre, pour quelques jours, avant qu'on nous trouve un nouveau placement.
On a récupéré nos affaires que quelques semaines plus tard, tout avait été mis
dans des sacs poubelles, sauf ce qui avait disparu… On a pu accéder à nos
chambres que quelques minutes, et encore sous la surveillance des gros bras du
service d’ordre de la CGT !
Ceux-là resteront à jamais une bande de minables à mes yeux ; ils étaient des
adultes et nous des enfants !
Désolé pour ce fleuve un peu décousu, je tape comme ça vient.
Merci pour l’écoute".
Compte-tenu du caractère particulier de ce témoignage, nous respectons pour l'instant l'anonymat de
l'auteur.


Anthony 03/09/2011 00:05


Nous avons visité le site cette après midi. C'est désolant, tout est détruit, saccagé. Je ne connaissais pas l'histoire de ces lieux avant d'y aller, merci beaucoup pour cet article


Juju 15/06/2011 08:14


Poudlard est tout casssé! Xp