Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter


 
 
 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 07:30

 

Si vous avez l'occasion d'y passer un jour, je vous conseille de visiter le Delta de l'Ebre, en Espagne. Situé à deux heures au sud depuis Barcelone, c'est un espace assez unique. Les espaces verts que l'on voit sur la photo ci-dessous sont des rizières. Le sol sur lequel on les cultive est formé des résidus charriés par l'Ebre, et balayés par les vagues au fil du temps. On y cultive du riz (ça sent le riz sauvage à mort, un régal) mais aussi des citrons et autres légumes. On y croise des hérons, des flamands roses, des bovins, et parfois de toutes petites maisonnettes abandonnées...

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui est bien sur ce site, c'est qu'il n'est pas très fréquenté, du coup on a énormément de place sur la "Plage des Eucalyptus", où j'ai dessiné mon pied, voir ci-dessous... (Cliquez sur le dessin pour le voir en plus grand.)

 

 

 

 

 

 

J'en ai profité pour faire un petite image, envoyée sur Facebook le jour-même.

 

 

 

 

Ci-dessous, d'autres photos, avec après un dessin dont je suis plutôt content.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout à une fin, et ce fut la fin de cette dizaine de jours passés à Lisbonne, puis à San Carles de la Rapita. J'espère que ces photos et dessins vous auront plu.

 

 

 

Au fait ! Le week-end prochain je suis à Tours (avec Maadiar) pour le Festival "A Tours de Bulles" ! Pour ceux qui connaissent déjà, je serais sous la grande tente avec les autres auteurs, Place Châteauneuf. Venez me demander de vous dédicacer des Quotidien Survival ! Cliquez ici ou sur l'affiche ci-dessous pour toutes les infos...

 

Published by Tim
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 07:30

 

Cet été je suis allé à Lisbonne, que j'avais déjà brievement visité en Novembre 2010. J'ai vu de bien belles choses, pris du bon temps et fait quelques dessins. Je vous les propose dans cette note, entrecoupés de photos prises sur place. Ci-dessous, mon astuce si vous avez peur de prendre l'avion : isolez-vous et jouez à des jeux vidéo. La Nintendo DS est pas mal pour ça car avec un linker M3DS-Real, vous pouvez installer pas mal d'émulateurs (Super Nintendo, Megadrive, GameBoy, Nes etc). Avec un bon paquet de jeux et des écouteurs, on arrive presque à oublier qu'on est dans un avion.

 

 

 

 

L'appartement que nous avions loué était situé en plein Alfama, le vieux quartier de Lisbonne, sorte de mignon labyrinthe dans lequel il est très agréable de se perdre. Ci-dessous, une photo de l'église juste çà coté de l'appart, puis la vue depuis la terrasse.

 

 

 

 

 

 

J'aime les toits de tuiles. Même si c'est galère à dessiner, je trouve que ça a beaucoup de charme, surtout quand les tuiles ne sont pas super droites. Ca doit être pour ça que j'en fais pas mal dans Promenade. Ci-dessous, un dessin fait sur la terrasse de l'appart. Le petit vent dans la ruelle en bas, les habitants qui se parlent de fenêtre à fenêtre, le grand soleil... Cliquez sur le dessin pour le voir en plus grand.

 

 

 

 

Autre quartier : Cacilhas. Pour y acceder, allez à Cais do Sodré (Quai du Sud), prenez un bâteau et traversez le Tage. Sur place, le lieu n'est pas à proprement parler fantastique, mais le vieux port presque abandonné à un charme fou. Des gens pêchent encore sur place, la vue est splendide avec le Pont du 25 Avril qui n'est pas loin. Ci-dessous, voilà ce qu'on voit en arrivant.

 

 

 

 

Grâce au Guide du Routard, nous avons appris l'existence d'un resto appelé Ponto Final. Ce qui est amusant avec ce resto, c'est que pour y accéder il faut longer touuuuuut le vieux quai abandonné. Du coup, en passant la tête dans quelques fenêtres ou portes, on voit des choses sympas...

 

 

 

 

Et la vue opposée, ci-dessous.

 

 

 

 

Ci-dessous, Ponto Final est juste au fond. A l'heure où nous y sommes allés (vers 18h) le niveau de l'eau était à son plus haut, ce qui fait qu'en arrivant, il faut bien faire gaffe à prendre une table un peu éloignée du bord, sous peine d'être un peu arrosé quand une vague vient s'écraser contre le quai.

 

 

 

 

 

 

Lorsque le soir tombe, la vue sur le Pont du 25 Avril est magnifique.

 

 

 

Autre lieu, autre ambiance: LX Factory. De ce que je me souviens, c'est une ancienne usine qui a fermé, puis a été réhabilitée pour devenir une sorte d'immense galerie/boutique/bibliothèque. Il y a des restaurants, des bars etc, c'est un lieu très sympa, d'où l'on a une bonne vue sur les avions aterrissants à Lisbonne.

 

 

 

 

 

 

Dans la grande bibliothèque, on a laissé une immense presse industrielle en l'état, et elle sert aujourd'hui de lieu d'exposition aux machines poétiques de Pietro Proserpio. Ces machines inutiles mais très jolies sont très cool à voir, surtout que le bonhomme est là pour vous les expliquer et les faire marcher. Patient, sympa et enjoué, les machines de Pietro Proserpio furent une très belle découverte, j'ai bien fait de me dire "Tiens, mais c'est du Keith Jarrett que j'entends là-haut, et si j'allais voir ?"

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, je suis allé visiter un aqualand abandonné. Je connaissais bien son emplacement, et ce fut assez rigolo de le prendre en photo depuis l'avion, ci-dessous. Le lieu n'est pas fantastique à proprement parler, mais visiter un lieu abandonné dans un autre pays que le sien est une experience intéressante, on est doublement "ailleurs". Ci-dessous le parc est juste au-dessus de la route.

 

 

 

 

Situé au détour d'une autoroute, on y accède en passant à coté d'un joli petit cimetière. Il ne reste plus grand chose sur place, mais les grands toboggans sont quand même pas mal à observer, tout comme l'ancien poteau où étaient accrochés des toboggans-tubes. J'en parlerais probablement sur Glauque-Land un jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, un vieux vieux vieux Légo de 1974 trouvé sur le Marché de la Voleuse (Feira da Ladra) dans le quartier de l'Alfama. Un aussi vieux Légo vendu dans sa boite, avec les petits coeurs autocollants encore dedans, et un catalogue de la gamme de 1975, pas mal pour 10€ !

 

 

 

 

En prenant une voiture et en roulant presque une heure depuis Lisbonne, on peut visiter la ville d'Ericeira. Pleine de charme, il reste sur place plein de superbes maisons blanches et bleues qui donnent un peu l'impression d'être en Grèce. Ci-dessous, une photo d'un bâtiment sybmolisant bien cette ville, et après, un dessin fait dans une ruelle. Cliquez dessus pour le voir en grand.

 

 

 

 

 

 

Près du port d'Ericeira, on peut se promener sur les rochers. Sur ces rochers, on peut lire des inscriptions poétiques liées à la mer, aux marins etc. En s'approchant un peu de la mer, on peut voir l'entrée d'une grotte, fermée évidemment. Le genre de truc qui me donne évidemment envie de voir ce qu'il y a dedans. Le lieu m'a immédiatement fait penser au Cap Sounion...

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons ensuite à Sintra. Sintra est une région quasi-montagneuse située à l'ouest de Lisbonne. Sur place, il y a de nombreux châteaux à voir. Je n'ai pas pu tous les visiter, mais je vous recommande chaudement le Palais National de Sintra, ci-dessous, avec ses deux cheminées de cuisine très originales.

 

 

 

 

Le Palais de Pena est situé au point le plus haut de la montagne. Histoire de faire un truc sympa, nous avons monté la route qui y mène à pied : 40 minutes de grimpette, avec heureusement plein d'ombre vue que le lieu est bien boisé. A l'arrivée, après une file d'attente de fou, on peut enfin voir ce palais au look encore plus original que le palais précédent, voir ci-dessous.

 

 

 

 

Avec tous les arbres autour du château ce fut dur de trouver un bon point de vue pour le dessiner. Je voulais m'attaquer au dôme et à la tour de l'horloge, mais ce ne fut pas possible, trop casse-gueule de trouver un bon point de vue. Du coup j'ai fait le dessin ci-dessous. Cliquez dessus pour le voir en plus grand.

 

 

 

 

En redescendant de Pena (cette fois-ci en bus), j'ai pris en photo l'Hôtel de Ville, avec sa tour qui a évidemment inspiré le Roi et l'Oiseau ou le Château de Cagliostro.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà pour Lisbonne ! Une ville que j'ai beaucoup aimé, à taille humaine, chaleureuse, qui a ses petits secrets, et que je recommande. Prochaine note lundi prochain : San Carles de la Rapita en Espagne, où j'ai fait des dessins en 2013.

 

 

 

 

Published by Tim
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:30
 

Y'a des photos qui font très très plaisir. Début 2013, Klaxon avait eu la gentillesse de m'envoyer une belle photo de mon Calendrier 2013 s'envolant, emporté par des ballons. Cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir en grand.

 
 
 
 

Pendant mon petit séjour à Lisbonne, quelle ne fut pas ma (belle) surprise de recevoir un nouveau mail de Klaxon, mais avec cette fois-ci une photo de ma bd Quotidien Survival. Mais pas qu'une photo, non, une petite installation bien foutue et tout. Cliquez ci-dessous pour la voir en grand.

 
 
 
 

Merci Klaxon ! Ca fait super plaisir de recevoir ça !
 




Ci-dessous, voici un strip "Esquimau en Islande" fait hier soir, et inspiré comme d'habitude par mes collègues. L'anecdote était trop amusante pour être écrite, je l'ai donc dessinée. Si vous voulez m'aider à trouver le gag, faites-vous plaisir.


 

 

 

Published by Tim
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 07:30
 
 
Published by Tim
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:30
 

Cliquez sur le dessin pour voir toute la série !

 
 
Published by Tim
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 07:30

 

 

 

C'est quoi ce mail qui déboule dans mon téléphone ? C'est une commande de dessin, une photo d'un exemplaire de Quotidien Survival, un commentaire sur Un Feutre dans ma Limonade une invitation à un Festival de BD ou un mail qui m'apporte des infos sur un lieu abandonné. Et ça peut se résumer en un seul truc: c'est quelque chose qui fait que je me sens utile, une sorte de récompense qui fait que je me dis «Hey, j'ai bien fait de faire tel ou tel truc, quelqu'un a trouvé ça utile».


Voilà, je me sens utile, et c'est une chose merveilleuse et immatériel. Pour pas que cette note paraisse trop nounouille avec mes états d'âme sur le temps qui passe, la mort et tout ça, voilà un sketch des Monty Python intitulé «No Time To Lose» (d'où le nom de cette note) et qui me semble parfaitement approprié pour terminer cette note sur un sourire. Cliquez ici ou sur l'image ci-dessous pour le regarder.

 

Published by Tim
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:30
 

Je vais au Festival de la BD de Lyon depuis 2009. Cette année, c'était la 7eme fois que j'y allais, et cette fois, je n'étais pas à l'étage, là où peu de gens passent (parce que c'est pas évident évident de voir qu'il y a des gens à l'étage, et que c'est mal indiqué). Cette année j'étais en bas, sur le stand des Éditions Lapin en compagnie d'autres auteurs comme Gad, NR, Elosterv etc. Ci-dessous, le plafond de la Bourse du Commerce, toujours aussi beau.

 
 

Ci-dessous, le stand des Éditions Lapin, merveilleusement achalandé comme on le voit bien sur l'image.

 
 
 

Ci-dessous, les dédicaces commencent...

 
 

Ci-dessous, une page du génial "Pour la Science" de Zach Weiner.

 
 

Ci-dessous, une autre dédicace avec un canard (totalement par hasard).

 
 

Ci-dessous, un des badges personnalisés que l'on pouvait trouver sur le stand.

 
 

Ci-dessous, une lectrice m'a demandé de lui dessiner une maison abandonnée, «Mais si ça t'embête c'est pas grave hein, tu peux dessiner autre chose.» Que nenni ! J'adore dessiner ça.

 
 

Ci-dessous, Phiip, PDG des Editions Lapins, en pleine interview.

 
 

Ci-dessous, les poules (toutes neuves) de Roudoudou qui m'héberge très gentiment pour la deuxième fois, et dont je vous invite à voir les jolies photos sur son site. Merci à lui pour son accueil !

 
 

Dimanche matin : le Festival vient à peine d'ouvrir ses portes que j'ai déjà dédicacé 2 Quotidien Survival et 2 Projet 17 Mai (Tome 1). Étant encore pas très bien réveillé, Wandrille m'a massé (en fait ruiné le dos, mais avec tendresse).

 
 

Ci-dessous une dédicace «Singing in the Pluie de Chips» réalisée sans pression sous le regard de Boulet.

 
 

Ci-dessous, de gauche à droite, Wandrille, Gad et NR.

 
 

Ci-dessous un fanart Star Wars dessiné pendant un moment de calme. J'avais envie de dessiner Dagobah. La scène où Yoda sort le vaisseau de du marais (ainsi que tout le dialogue sur la Force juste avant) est ma préférée.

 
 

Ci-dessous, une photo faite avec mon téléphone. C'est fou la technologie. Un immense MERCI à vous qui vous êtes déplacés, merci pour vos cadeaux, feutres, chocolats Suisses (merci Zélie), vos gentils mots, vos compliments sur ce que je fait, ça fait très très très plaisir. Rendez-vous à l'année prochaine !

 
 

AU FAIT ! Demain (Jeudi 18 Juin) à 20h je suis à la Mutinerie (176 Rue St Martin, Paris) en compagnie de 14 (!) autres auteurs ayant participé au Tome II du Projet 17 Mai. Ça se passe à 20h, et pour avoir lu le pdf de ce Tome II, croyez-moi, ça déboite. On se voit là-bas ? Cliquez ici pour l'événement Facebook.

 
 
Published by Tim - dans Photos
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 07:30

Hey, ce week-end je suis à Lyon pour le Festival de la BD ! Contrairement aux années précédentes, cette fois-ci je ne suis pas à l'étage avec les Fanzine, la BD Alternative (etc) mais au rez-de-chaussée, dans la grande salle, au fond à gauche, sur le stand des Éditions Lapin. Y'aura des Quotidien Survival que je me ferais un plaisir de vous dédicacer avec mes p'tits feutres colorés.


Autres infos pratiques: Je suis présent sur le stand des Éditions Lapin de 10h à 18h samedi et dimanche au Palais du Commerce (Place de la Bourse) Metro A (Cordeliers) Pour plus d'informations, cliquez ici ou sur l'affiche ci-dessous. A ce week-end !

 
 

 

 

 

D'autre part, c'est la fête, le Tome II du Projet 17 Mai sort le 18 Juin prochain ! Je relaye le message de Pochep, co-fondateur du projet avec Silver : 30 Auteurs, 124 pages, le Tome 2 du Projet 17 Mai  sera disponible à partir du 18 Juin (constatez un peu la logique du calendrier). Pour l'occasion, une séance de lancement/dédicaces est organisée le Jeudi 18 Juin (20h) à «La Mutinerie» (176 Rue St-Martin, 75003 Paris) avec KJF/ Ibi / Nine / Qui Be / Gary Maël / Mawy / Tim / Zélie / Julien Polomé / Nawak / Ewen Blain / Gauthier / Silver / Pochep (Evenement Facebook ICI).

Et une autre séance le Mercredi 24 Juin (19h) à la librairie "
Les Mots à la Bouche" (6 Rue Ste-Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris) avec : Ibi / Tim / Nawak / Ewen Blain / KJF / Nine / Silver / Pochep. Comme pour le Tome 1, l'intégralité des bénéfices est reversée à SOS Homophobie.

 
 
Published by Tim
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:30
 
 

Pour commencer, une image de «Promenade». Cliquez ici ou sur l'image ci-dessous pour voir la série complète. On s'approche des 100 pages, je fais quoi, je finis cette histoire ou je continue à la dessiner jusqu'à l'infini ?

 
 
 
 

Pour continuer dans les lieux abandonnés ou qui font peur, je vais vous parler d'un projet lancé sur Kickstarter il y a une petite semaine maintenant: «Patrimoines Oubliés», un projet de beau livre sur les endroits abandonnés, fait en collaboration avec Krilin. L'idée est de parler de lieux à l'abandon, fermés ou rasés visités au fil des années, avec photos, cartes postales anciennes, vues aériennes/satellite.

Dans le livre, il n'y a pas que des images, il y a aussi l'histoire de chaque endroit, quand il fut construit, comment (et pourquoi) il fut fermé ou abandonné etc. Pour plus d'informations, je vous invite à cliquer
ici ou sur les images ci-dessous. Ce livre est projet Kickstarter, ce qui signifie que pour qu'il puisse voir le jour, nous devons atteindre une certaine somme, l'argent servant à fabriquer le livre. Le projet vous plait ? Alors go Kickstarter !

 
 
 
 
Published by Tim
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:30

 

On se remet dans le bain : j'ai dû voir Mad Max 2 quand j'étais enfant, fin des années 80. Un gros choc à l'époque : univers post-apocalyptique, motards cruels, presque pas de décors (donc presque pas d'endroits où se cacher), violence omniprésente… Ce film m'a réellement impressionné, en le regardant j'étais fasciné, je me disais toujours «Je n'aimerais pas vivre dans ce monde» bien qu'il possède des éléments assez attirants : plus de lois, plus de «système», liberté totale de faire ce qu'on veut. Ce qu'on veut, oui, mais risque de se faire tuer pour une boite de conserve ou de l'essence.

 

 

Une attirance/répulsion que j'éprouve toujours en visitant des endroits abandonnés : je suis impressionné par ces lieux, ils m'attirent, quand j'y suis c'est la fête, sauf que j'ai une sécurité : dans un coin de ma tête, je sais que ce soir je serais chez moi, je pourrais prendre un bain chaud et manger à ma faim. Quelques années après avoir vu Mad Max 2, j'ai vu le premier, qui m'a moins plu, puis Mad Max 3, sympathique mais ne possédant pas le charme nihiliste du deuxième film.

 

 

Bien des années plus tard, me voilà dans un cinéma, prêt à voir Mad Max Fury Road. Le temps ayant passé, j'ai de l'appréhension : avec toutes ces suites/riboutes, j'ai un peu peur du résultat. Pour garder l'effet de surprise, je n'ai vu aucune bande-annonce ou image du film avant de le voir. Bon ok, chez un ami, une semaine avant, j'ai vu la bande-annonce. Ça avait l'air bien, même très bien. Mais j'avais un peu peur quand même. Puis le film a commencé.

 

ATTENTION : SPOILERS 

 

Dès le départ c'était bizarre. Le ton très sérieux était là, mais voir Max ranger ses affaires très rapidement comme un ninja (avec moult bruits qui rappellent les Miseroïdes des Inconnus), le tout dans un décor très jaune et un ciel très bleu, je n'ai pas été emballé. J'imaginais à chaque instant les infographistes retoucher chaque image, modifier la luminosité, le contraste, la teinte de l'image etc. Devant Mad Max 2 j'avais l'impression d'être devant un monde «vrai», de pouvoir y entrer et s'y démerder pour survivre. Ici, tout est trop stylisé. Autant chez un Dario Argento ça passe (car il ne prétend pas faire des films réalistes mais des cauchemars cinématographiques) autant là ça m'a perturbé.

 

 

Puis je me suis dit «Bon, tant pis pour le côté «film», ça donne quoi si je regarde ce truc comme si c'était un spectacle du Puy du Fou ? Ou une parade à Disneyland ?» Et bien ça donne un spectacle incroyable. Tout est là, absolument tout. Des personnages charismatiques (Furiosa, Immortan Joe), des véhicules admirablement bricolés, une ambiance de chaos roulant incroyable, quelque chose que je n'avais pas vu depuis longtemps au cinéma.

 

 

L'histoire ? On ne demande pas à une parade d'avoir une histoire. On lui demande de nous en mettre plein les yeux, et dans ce film le contrat est rempli : à peine dix minutes et on est déjà à fond la caisse sur la route. Les poursuites sont extrêmement bien tournées, y'a des explosions partout, de la poussière, de la sueur, du sang… En voyant ce film comme une parade, le guitariste et sa guitare-lance-flammes ont complètement leur place.

 

 

La cerise sur le gâteau ? Le personnage de Furiosa qui apporte une dose de féminisme que je ne m'attendais pas à retrouver dans un film de ce genre. Qui est Furiosa ? Comment a-t-elle perdu son bras ? Qu'est-ce qui l'a amenée à aider les esclaves à s'enfuir ? Le mystère autour de son personnage ainsi que sa capacité à prendre l'action en main (reléguant Max à un personnage de second plan) est une très belle surprise qui vaut le déplacement.

 

 

Alors bien sûr, ce beau pestacle du Puy du Fou, j'aurais préféré qu'il soit tourné dans la rocaille d'Australie plutôt que dans ce désert trop lisse de Namibie. J'aurais aimé en savoir plus sur ces gens en fourrure sur des échasses qu'on aperçoit le temps d'un seul plan, j'aurais aimé une fin un peu moins expéditive et que ça soit un peu plus qu'un remake de Mad Max 2, mais bon, on ne peut pas tout avoir. Globalement j'ai passé un très bon moment, et je vous recommande d'aller voir ça au cinéma pendant que ça passe encore près de chez vous. Ci-dessous, un dessin (format A3) que j'ai fait la semaine dernière. Cliquez dessous pour le voir en grand. Juste après le dessin, des liens à propos du film…

 

Critique chez Maddox (Anglais) : LIEN

Mad Max Fury Road accusé de «propagande féministe» : LIEN

"Voir le monde des animaux échappés d'un abattoir." LIEN

Cinq minutes avec Seri Z, fan de Mad Max - LIEN - BLOG

 

Published by Tim
commenter cet article