Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter


 
 
 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 00:01
Dusty Springfield était une chanteuse anglaise dont la carrière s’étala des années 50 aux années 90. C’est entre 1963 et 1970 qu’elle connut le plus de succès, avec des titres comme «I Only Want To Be With You» en 1963, et bien sûr «Son Of A  Preacher Man» en 1968. C’était l’artiste féminine qui vendait le plus disque en 1966, et son look très glamour ainsi que sa coupe de cheveux en firent l’icône des Swinging Sixties. En perte de vitesse à la fin des années 70, elle tomba dans la dépression et l’automutilation. Bisexuelle, ou lesbienne (selon les sources) Dusty était terrifiée de ne pas être «comme les autres» et en a souffert toute sa vie en cachant sa vie privée, selon son amie et manager Vicki Wickham. Dusty Springfield revint brièvement sur le devant de la scène en 1995 pour un dernier album avant qu’un cancer du sein, détecté en 1996, ne l’emporte en 1999, le jour où elle devait recevoir la Légion d’Honneur Anglaise. Elle était censée entrer dans le Rock and Roll Hall of Fame dix jours plus tard.
 
 
Dorothy Ashby était une chanteuse et harpiste américaine. Jouant du piano à la base, elle réussit à introduire la harpe dans le Jazz, malgré les réticences des musiciens, jugeant l’instrument trop «classique». Au début des années soixante, elle et son mari John (batteur) créèrent une troupe de théâtre musical, le couple accompagnant les acteurs. Dorothy écrivait la musique et les paroles de tous les morceaux. Le succès venant, elle enregistra de nombreux disques de Soul / Jazz / R&B entre les années soixante et soixante-dix, dont «The Rubaiyat of Dorothy Ashby», son chef d’œuvre (à mon humble avis) dans lequel elle chante, joue de la harpe, mais joue aussi du koto, instrument japonais. Sa carrière de musicienne de session la fit enregistrer avec Bill Withers, mais aussi Stevie Wonder («If It’s Magic »), Dionne Warwick, Diana Ross et Earth Wind Fire. Elle mourut d’un cancer en 1986, et les nombreuses références à l’alcool et à la drogue dans  «The Rubaiyat of Dorothy Ashby»  semblent indiquer une fin de carrière marquée par la boisson et la fumée.
 
 
Karen Carpenter était la voix du groupe américain «The Carpenters» où elle officiait avec son frère Richard. Vous devez forcément connaître leur plus grand succès «Close To You». Karen était depuis le début la batteuse du groupe, jouant de la batterie sur quasiment tous les titres, du moins au début. Elle chantait et battait à la fois, au second plan, mais avec le succès, c’est sur le devant de la scène qu’elle se fit la plus présente, ne revenant à la batterie que ponctuellement. Dès 1973, alors que la carrière des Carpenters était à son plus haut, et que Karen était de moins en moins impliquée dans les chansons qu’on lui donnait à chanter, elle tomba dans l’anorexie mentale, et perdit de plus en plus de poids, jusqu’en 1983 où elle mourut d’un arrêt cardiaque. Sa mort contribua à faire mieux connaître les troubles de l’alimentation au public.
 
 
 
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 00:01

http://tim-illustrateur.com/images/blog/histoire/64.jpg

Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 00:01
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 00:01
En 2006/2007, j’ai fait une bd sur le monde du travail qui s’appelle Quotidien Survival. Cette bd est composée de deux tomes : un sur les petits boulots (magazinier, livreur de pizzas etc) et un sur le travail en intérim (standardiste, operateur de saisie etc). C’est une bd en noir et blanc faite au crayon à papier. Entre 2007 et 2011 j’en ai vendu 300 exemplaires rien qu’avec avec mes petites mains, par correspondance ou dans les festivals. J'aime beaucoup le fait que ces exemplaires se promenent un peu partout.
 
Il y a un an, alors que j’avais vendu le dernier exemplaire papier, j’ai pensé à vendre la bd au format pdf, mais je n’en ai vendu aucun. N'ayant pas assez de thunes pour en faire ré-imprimer tous les ans, mais voulant tout de même que la bd continue d'être lue et découverte par de nouvelles personnes, je me suis alors dit que la meilleure idée serait de tout simplement mettre toute cette bd en ligne.
.
Ces derniers temps, j’ai donc créé (en secret, gnihihi) un blog spécial pour cette bd (qui remplace l’ancien site sur lequel je vendais la bd). En cliquant sur le dessin ci-dessous, vous arriverez sur ce blog dédié, et pourrez lire le premier chapitre du premier tome. Chaque semaine, je publierais un nouveau chapitre, et quelques jours après la publication du dernier chapitre du deuxieme tome, boum, vous pourrez télécharger gratuitement toute la bd au format pdf.
 
Alors bien sur, une bd à lire sur un écran, c’est chiant. Ca ne vaudra jamais le plaisir de lire une bd aux toilettes, ou sous sa couette... Mais j’ai envie que cette bd voyage, et je vous avoue que je suis assez excité à l’idée que des gens connaissant mon style «au feutres» découvrent une autre facette de mon travail.
 
Quotidien Survival
 
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:01
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 00:01
 
C’est un des rares personnages du Seigneur des Anneaux à ne pas avoir une personnalité manichéenne. Une ame tordue, rongée par d’innombrables années dans le noir. Un aspect repoussant. Un plan machiavélique évoluant au fil du parcours. Et malgré tout ça, au fil des pages, on a pitié pour lui, on plaint ses innombrables années passées dans l'obscurité. On plaint sa torture dans le Mordor. On plaint la corde Elfique rongeant sa peau. On plaint les multiples coups qu'il se ramasse. Et on plaint son attachement à l’Unique, jusqu’à sa chute finale dans la Montagne du Destin. Tu peux reposer en paix Sméagol, le gros Hobbit joufflu n’est plus là pour te tourmenter.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Published by Tim
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 00:01
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 00:01
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 00:01
 
 
Published by Tim - dans Pages
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 00:01
Published by Tim - dans Travail
commenter cet article