Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 00:01

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tim - dans Enervations
commenter cet article

commentaires

Martin Jean-Baptiste 09/06/2013 01:06

Article sur les citations dans Willow : http://jameshorner-filmmusic.com/fr/willow-a-la-croisee-des-citations/

Lambegue 23/12/2011 21:23

Kilar, j'accroche beaucoup moins...
Pour Zimmer, il se trouve effectivement que sur certaines BOs, il est cité sur la pochette comme compositeur principal, alors qu'il n'est parfois que consultant musical, ou quelque chose
d'approchant : mais la plupart du temps, une observation attentive des crédits détaillés permettra de voir clairement qu'il ne s'en cache pas vraiment...BIen sur, j'ai aussi entendu parler de
quelques exceptions, idéalement il faudrait les vérifier...
Légèrement malhonnête, ça prête à débat, mais en tous cas, c'est clairement une industrialisation de disciplines artistiques. On s'éloigne du coté artisanal, ou chaque artiste fait son propre
boulot, pour se diriger vers des staffs produisant à un rythme énorme des BOs ou, pour Besson, des films et, pour Obispo des chansons...Enfin pas tout à fait des chansons, mais un truc ou il y a
plus ou moins de la musique et des instruments, mais qui ressemble quand même un peu à rien.

Ron 23/12/2011 15:27

Ha ha j'ai écris poulet au lieu de poulain je crois que c'était un acte manqué.
J'en profite aussi pour aiguiller les amateurs de grands B.o Vers Wojciech Kilar qui est un des plus grands ( et des plus vieux aussi ), je plussoie sur Howard Shore ( tous les Cronenberg et Seven
) et n'oublions pas Thomas Newman et Michael Nyman

Ron 23/12/2011 15:23

Lambegue > On est d'accord sur le fait qu'Hans Zimmer à un peu plus de talent qu'Horner. Néanmoins sa façon de faire avec ses poulets est quand même très suspect à mes yeux. D'autant que j'ai
entendu des choses - certes je n'y était pas - qui allaient un peu plus loin.
Obispo ( ouais ouais je sais c'est glauque de parler de ce gars ici ) fait la même chose avec la variété française.
Et Besson à également cette tendance à "utiliser" le travail de ses poulains - Louis Leterrier en sait quelque chose-. Évidement certains des poulains émergent mais bon je trouve tout ça légèrement
malhonnête.

Lambegue 20/12/2011 18:50

James Horner, qu'on l'apprécie ou non (personnellement, il fait partie de ceux que j'aime le moins dans la musique de films holliwoodienne), est de toutes façons connu comme un copieur. Je ne
connaissais pas cet exemple précis, mais celui précédemment cité de son thème de quatre notes est assez significatif.
Il le ressort dans un nombre incalculable de ses BO. Il fait même quasiment l'ouverture d'Avatar. Alors déja, tant de répétitivité, je trouve ça critiquable, surtout pour un thème aussi court et
qui, soyons honnêtes, ne casse pas trois pattes à un canard, mais quand on apprend que ledit thème n'est même pas de lui...Ca en deviens affligeant.
Maintenant, pour ce qui s'est dit sur Zimmer, la différence est assez conséquente : Zimmer perçoit la musique de film comme une industrie. Il a ainsi créé les studios remote Controle, ou il
embauche différents compositeurs débutants, et les fait travailler comme assistant sur ses propres BOs, avant de peu à peu leur donner plus de responsabilités, et de leur confier à eux même des
assistants. C'est de la que viennent, par exemple, Klaus Badelt ou Harry Gregson Williams. On peut donc parler de "son remote controle", présent dans quasiment chacune des productions de ces
studios. A noter que Zimmer cite TOUJOURS dans le livret ses compositeurs additionnels. Et surtout qu'il est relativement simple de contacter les studios pour leur demander des éclaircissements sur
telle ou telle BO en termes de responsabilités de composition. Il ne se cache pas de son procédé, qui a donné le meilleur (Sherlock Holmes, Le Roi Lion, Rain Man, Le Dernier Samouraï...) comme le
pire (dans des BOs ou Zimmer est le principal compositeur, citons Madagascar, ou Mission impossible 2 ; dans les BOs confiées à ses élèves, la liste serait trop longue pour citer tous les
ratés...). Si vous voulez un exemple flagrant, quoi que pas très glorieux dans son processus, du fonctionnement des studios de Zimmer, renseignez vous sur la composition de la BO du premier Pirate
des Caraïbes.
Horner, c'est complétement différent : ses BOs sont créditées à son nom seul, alors qu'il a plagié, outre un nombre fort impressionnant d’œuvres classiques, les travaux et thèmes de ses petits
copains...Ah c'est souvent discret, mais si l'on y fait attention, Goldsmith, Williams, Zimmer ou même Elfman se font copieusement égratigner par les inspirations de Monsieur Horner.
Et tout ça pour quoi ? Ouais, certes, le type sait bien remixer. Certes. Encore faudra-t-il m'expliquer pourquoi on retrouve dans la BO de Titanic un esprit quasi identique à celui de Braveheart,
par ce que personnellement je cherche encore la similitude entre le héros écossais et le blondinet noyé. Dans le même style, les similitudes thématiques entre Avatar et Karaté Kid sont pour le
moins...Destabilisantes.
Enfin...Une des rares BO ou Horner ne plagie rien à ma connaissance, c'est celle d'un film intitulé "Jade". A sa décharge, on peut signaler que le film lui même est fort mauvais...Mais tout de
même, la musique correspondrait mieux à un porno moite des années 80 qu'à ce thriller, certes vaguement érotique (et, pour en avoir revu quelques extraits pour vérifier mes dire, décidément
médiocre).
James Horner est pour moi, autant coupable de plagiat (et je rejoins Tim et les autres pour dire que le plagiat n'est jamais que du vol) que d'un manque flagrant d'imagination réelle, et
d'originalité. Alors que même Zimmer, avec le son signature de ses studios, parviens parfois à nous étonner (Sherlock Holmes, House of Spirits, Hannibal, Rango...)...Et que l'on a des Williams
(bon, j'apprécie pas, mais la c'est strictement des questions de goût, je n'ai pas grand chose d'objectif à reprocher au bonhomme...), des Goldsmith (moins, depuis sa mort) des Morricone, des
Silvestri, des Desplat (quand il s'applique, et vu les calendriers qu'il s'impose, c'est pas si fréquent), des Shore (qui était déja compétent avant le Seigneur des Anneaux, aussi, on a tendance à
l'oublier...) ou des Elfman (mon petit favori personnel, carrière parfaite à mes yeux) qui triment à chaque fois pour être originaux, surprenants, et pour définir leur style, un vrai style
personnel, certes parfois imprégné de ce qui les a façonnés, mais sans jamais tomber dans le plagiat, la copie, et le vol éhonté du talent d'un autre.