Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 00:01
Son nom ne vous dira surement rien si vous avez moins de trente ans et que vous ne vous intéressez pas à l’animation Japonaise : Shingo Araki est le character designer de Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque). Il a également travaillé sur Lady Oscar, Ulysse 31... En fait, en consultant sa fiche IMDB, on tombe un peu de son fauteuil en voyant la liste de toutes les séries sur lesquelles il a travaillé (que ce soit en tant que character designer, layout designer, animateur, directeur de l’animation etc) Michi Himeno travaillait avec lui depuis 1973. Dans beaucoup de séries, ils signaient "Shingo Araki & Michi Himeno". Le dessin dynamique de l'un allié à l'élégance des personnages de l'autre était immédiatement reconnaissable.
 
 
Quand c’est Shingo Araki et Michi Himeno qui dessinaient un épisode des Chevaliers du Zodiaque, ça se voyait. L’animation y était un peu plus fluide, les cadrages un peu plus travaillés, et surtout, c’était d’une incroyable puissance. Presque toujours plusieurs personnages dans un plan, perspectives évocatrices, souplesse (et sensualité) des corps, visages androgynes aux mèches acérées. Les scènes violentes possédaient une charge graphique exceptionnelle : corps lacérés comme de vulgaires feuilles de papier, présence de nombreux traits, et surtout, des yeux injectés de douleur qu’on s’attendrait presque à voir éclater comme du cristal. La patte du tandem était marquante au point que, tombant sur un épisode sur lequel il n’avait pas travaillé, on en était déçu.
 
 
Aussi loin que je me souvienne, quand j’ai commencé à dessiner, enfin, recopier ce que je voyais autour de moi, c’est le travail des deux qui m’a le plus influencé. En regardant (plusieurs fois de suite) les épisodes sur lesquels ils avaient travaillé, à coups d’arrêts sur image, d’analyse et de patience, j’ai appris, gamin (bien avant le collège et mes études d’arts en lycée) comment rendre un dessin dynamique, comment le composer, comment placer des personnages. Ils furent mon premier vrai professeur de dessin. Un professeur dont je ne connaissais (à l'époque) pas le nom, à la fois invisible et extrêmement présent.
 
 
Aujourd’hui encore, quand je dois dessiner deux personnages se battant en duel, je me demande la tête que ça aurait dans Lady Oscar. Quand je dois dessiner un cadrage un peu dramatique, je me demande comment il l’aurait composé dans Ulysse 31. Quand je dois dessiner un personnage blessé, je me demande comment ça se serait matérialisé dans les Chevaliers du Zodiaque. Et quand je considère qu’un de mes dessins est réussi, je me demande si ça leur plairait, en priant pour qu’ils ne grillent pas que les mèches de mes personnages, ce sont les leurs.
 
 
Shingo Araki s'est éteint le premier décembre dernier au Japon et il fut une énorme influence pour moi.Je n’ai pas honte de dire que j’ai chialé comme une fillette en apprenant son départ.
 
araki.5
 
  (Pour plus d’informations, voir le commentaire de Nao.)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Julie 08/12/2011 10:41

@Nao : Et sinon, ça va ? :)

Nao 07/12/2011 16:47

Correction sur un de mes propos : Michiko Yokote n'a pas "été virée", déjà, je n'ai pas beaucoup d'infos sur ce sujet autre que le fait qu'il y a eu une quarantaine de versions du script et que
Yamatoya n'est arrivé sur le projet qu'en cours de route. De plus, Michiko Yokote étant un pseudo pour une entité de trois scénaristes (des filles il est vrai), ce n'était même pas du français
correct.

Nao 07/12/2011 16:44

- Tim: pour précision aussi -- dans 99% des cas, les travaux de chara-design d'Araki étaient co-signés Araki & Himeno. Il y a eu quelques cas où un troisième larron s'invitait (sur le film de
Lucifer ou Condition Green par exemple), mais dans l'ensemble c'était eux deux ensemble. Il y a également des cas où Michi Himeno était créditée seule ou avec "Araki Pro" (et non pas Shingo Araki),
comme Lydie aux Fleurs Magiques ou, si je me souviens bien, Les Petits Malins. Par contre, *après* l'arrivée de Michi Himeno dans son studio, je n'ai plus jamais vu Araki crédité comme seul
designer de quoi que ce soit. A une exception près, Galaxy Express, sur lequel Himeno n'a pas travaillé, mais lui-même n'était pas crédité dessus, il n'était qu'assistant-designer en quelque chose,
un autre gars s'étant déjà chargé des persos principaux (un monsieur Kogawa, si mes souvenirs sont bons.)
De plus, Araki était surtout connu comme animateur, mais avec l'arrivée de Michi Himeno il n'a quasiment plus fait de genga/animation en série TV, uniquement sur des films "prestigieux", mais il
restait directeur de l'animation, ce qui implique de refaire les genga ratés, donc là je chipote je chipote...


- SSK: je ne dis pas avoir la connaissance absolue sur ce sujet, bien sûr. Mais en 2004 comme tu dois le savoir je passais mes journées sur 2ch et autres sites obscurs et Cyber Namida était très
respecté sur le plan des news. J'étais pas mal en contact avec Pierre Giner et c'est lui qui me donnait à l'époque les news sur le plan "personnel" des acteurs (Kuru, Yamauchi, Araki), puisqu'il
les fréquentait. Et comme il était surtout très copain avec Kurumada, je ne vois pas trop pourquoi il m'aurait rapporté des histoires donnant une aussi piètre image du monsieur si elles n'étaient
pas vraies. Il était simplement dépité de voir Kuru agir ainsi, c'est tout.
Selon lui, donc, Kurumada est allé à la première réunion de prod, il a présenté son pitch et son design d'Apollon (pas d'Artemis). Ensuite il s'est barré et n'a plus jamais remis les pieds dans les
locaux. Il a juste fait un court manga d'une douzaine de pages dans lequel il présentait le début du Tenkai.

Ensuite le scénario a été pris en charge (avec carte blanche) par Michiko Yokote, qui au bout de maintes réécritures, a été virée (par la Tôei) et remplacée par Akatsuki Yamatoya, qui a tant bien
que mal essayé de terminer le truc. Ensuite ils ont fait l'animation... Et enfin ils ont fait une avant-première publique une semaine avant la sortie du film -- avant-première à laquelle était
convié Kurumada, donc. Et à la fin du film, il a poussé une gueulante sur son intermédiaire, apparemment il n'avait rien compris au film et surtout n'appréciait pas la fin qui ne "collait" pas avec
son synopsis. Il a exigé qu'on refasse la fin du film et qu'on vire Yamauchi. La fin n'a pas été refaite, mais Yamauchi a été viré -- par la Tôei, oui. Sur la demande de Kurumada. Cela dit, je
doute que la Tôei y ait été pour grand-chose : elle a quand même continué à travailler un peu avec lui pendant quelques mois -- il a réalisé des OAV d'Ojamajo Doremi et supervisé la série TV de
Xenosaga avant de quitter la Tôei. Cela dit je ne suis même pas sûr qu'il ait jamais été employé à la Tôei -- il était chez Ashi à ses débuts, mais ensuite il a travaillé pour la Tôei *et*
ponctuellement pour d'autres studios (au moins 2 ou 3 différents).

Concernant Rinkake, je ne sais même pas pourquoi qui que ce soit s'emmerde avec ça... Le dernier chapitre en date (le tournoi international) n'a eu que 6 épisodes, et il a été diffusé dans une
indifférence totale -- même moi je n'ai appris son existence que la semaine dernière en faisant une recherche sur Araki ! Pour moi, c'est le genre de produit sur lequel la Tôei met ses réalisateurs
débutants. C'est toujours systématiquement repoussant. Même les dialogues sont d'une platitude... Faut dire que le petit Kuroda est un grand copain de Kurumada et qu'il se refuse à changer la
moindre ligne de ses textes originaux ;) (Pareil que sur Meikai/Elysion.)
Le fait est que Kurumada est très riche, que Saint Seiya marche encore bien dans le monde (les musiques sont toujours dans le top 10 des meilleures ventes de droits d'exploitation de musiques
*japonaises* à l'étranger, ce qui en dit long sur ce que ça doit rapporter à la Tôei), donc personne n'a vraiment intérêt à se taper dessus. Mais Kurumada n'a plus beaucoup de marge, maintenant :
les premiers chapitres de Rinkake n'ont été réalisés que dans le cadre d'un accord tacite : "je te fais une saison de Rinkake, tu me laisses faire une saison de Saint Seiya". Depuis la fin
d'Elysion, forcément, la Tôei ne voit pas l'intérêt de continuer.

J'imagine qu'ils vont quand même s'en servir pour soudoyer Kuru et obtenir l'adaptation de Next Dimension. On va bien rigoler, c'est de très loin, ce qu'il a fait de plus nul dans sa vie. Quoique,
j'ai vu quelques truc hors Saint Seiya qui n'étaient pas piqués des hannetons non plus...

SSK 07/12/2011 13:02

"(qui préférait aller boire des coups que de se
rendre aux réunions de prod', ceci expliquant cela)"

Ah ?

Les insiders (que tu connais bien) m'ont toujours affirmé que c'est au contraire Tôei qui avait volontairement tenu Kurumada à l'écart de la prod' du film, lui faisant miroiter monts et merveilles
en souvenir du passé (et quel passé, hein, Asgard film, Abel). Et qu'il n'a donc pu découvrir le résultat final qu'en allant voir lui-même le film à sa sortie. D'ailleurs au passage, c'est bien
Tôei qui a viré Yamauchi (ce qui rend sa présence sur le disque bonus de la Bluray-box encore plus... malsaine), et non Kurumada qui n'a fait qu'émettre sa déception (quand on sait que le scénario
a été réécrit une vingtaine de fois en pleine production pour satisfaire aux exigences nauséeuses de Tôei, on peut comprendre pourquoi).

Enfin, il faut aussi savoir que ces dernières années, les relations Toêi - Kuru n'étaient pas au beau fixe. Surtout quand un autre studio a acquis les droits de faire le Saint Seiya de Teshirogi en
animation, et encore plus quand Kuru en a vu le résultat final. Mais il l'avait prévu, hein, puisqu'il est allé lui-même "voir ailleurs" (ce qui reflète bien sa pensée réelle quand au Meikai &
co., un peu moins enthousiaste que le purement promotionnel "youhou, c'est le nouveau standard d'animation !"). Le seul problème, c'est que Tôei le tient par les bijoux de famille avec RinKake. Le
truc que personne ne veut adapter en animation, sauf eux... si et seulement si ils gardent leurs droits sur Saint Seiya.

Bref, tout ça pour dire que c'est un poil plus complexe que "Kurumada est un neuneu". Son seul tort, en plus d'avoir viré le cast d'origine, est de favoriser RinKake à Saint Seiya à un point qu'il
n'a pas stoppé la machine quand Tôei allait dans le mur avec son Meikai bas de gamme. Tenu par les c******* qu'il était.

Heureusement, ils se sont un peu remués le derrière avec le pachinko. Pour lequel j'imagine qu'on leur a exigé un minimum de QUALITE. Et vu son succès, ça a payé, comme quoi.

Pour le reste, j'ai reçu ma Bluray box ce matin, et je suis bien d'accord : la HD sublimant à son paroxysme le travail d'Araki, c'est un beau moyen de lui rendre un dernier hommage au travers de 4
films.

Tim 07/12/2011 12:20

Nao : Merci pour toutes ces (longues et intéressantes) informations, c’est cool ! J’ai rectifié là où il y avait lieu de le faire. C’est vrai qu’il était sympa le film du Tenkaihen :o)

Nao 07/12/2011 10:35

Bonjour, je ne suis pas lecteur de ton blog (qui m'a l'air très chouette), mais on m'a signalé ton article et je ne peux m'empêcher d'y réagir pour apporter quelques informations...
Tout d'abord il est décédé "officiellement" le 1er décembre à 1h21 du matin, mais avec le décalage horaire, ça nous fait effectivement le 30 novembre en France. Enfin, pas très important.
Ensuite, Michi Himeno n'était pas son épouse... Elle s'appelle Hiroko Araki et j'ai toujours chez moi un petit papier qu'elle a aimablement écrit pour moi en 1995 avec la liste des membres du
studio de Shingo Araki, lors d'une interview que j'ai eu le plaisir de faire de ce dernier au Cartoonist de Toulon.
Himeno était simplement une "fan" d'une quinzaine d'années qui a découvert Araki à la télévision, si mes souvenirs sont bons c'était sur Meg, en 74, ou peut-être un peu avant (je ne sais plus
si
c'est Meg qui l'a fait découvrir Araki ou sur lequel elle a commencé à travailler). De là, elle a postulé, s'est fait engager et c'était parti. Je crois que ce n'est pas insulter la mémoire de
Shingo Araki que de remettre Michi Himeno au premier rang : même si elle était l'élève et que son style a été énormément influencé par celui du maître, Himeno était également l'une des
influences
majeures de Shingo Araki. Il suffit de regarder les dessins de Babel 2 en 1972 et ceux de son remake une vingtaine d'années plus tard. Himeno est généralement définie comme celle qui rend les
dessins d'Araki plus "beaux", tandis qu'Araki lui-même est applaudi pour le "dynamisme" de son animation. Il est toutefois difficile de faire la part des choses quand on sait que généralement,
Araki et Himeno travaillaient les designs de base ensemble, puis que Himeno réalisait les dessins dans l'animation elle-même (elle a parfois réalisé TOUS les dessins-clés de certains épisodes
de
séries TV), et qu'Araki repassait derrière pour vérifier.
Himeno a également une façon de dessiner les corps (les mains !) qui est bien à elle, et qui est magnifiquement mise en valeur quand la réalisation se prête au jeu. On pensera notamment à
Ulysse
31, ou à Saint Seiya quand les épisodes ou films étaient dirigés par Shigeyasu Yamauchi (on retrouve également toutes ces déformations extrêmes dans la collaboration suivante de Yamauchi et
Araki/Himeno, Condition Green). Enfin, Araki a également été très influencé par Akio Sugino, le célèbre designer avec qui il avait travaillé en 1970 sur Ashita no Joe, puis de nouveau en 1979
sur
Lady Oscar (il suffit de voir la différence de style entre les premiers épisodes, sans Sugino, et les derniers, avec Sugino et le réalisateur Osamu Dezaki, lui aussi décédé cette année). A
moins
bien sûr que ce ne soit le changement de réalisateur qui ait permis à Araki et Himeno de s'exprimer plus librement.
Je ne suis pas un spécialiste, et de loin, mais je sais simplement que Shingo Araki est un des plus grands designers de son époque, quelqu'un qui a fait évoluer l'animation japonaise, et que
dans
sa "sphère" naviguaient d'autres dessinateurs et réalisateurs qui se sont approprié ses idées, et lui ont transmis les leurs. Il y a quelques années, Shigeyasu Yamauchi a réalisé une autre
série
sans Araki, Casshern Sins, mais avec un jeune animateur qui s'est clairement inspiré du style Araki. On y retrouve le même dynanisme. J'espère que ce ne sera pas le dernier à s'en inspirer.

Je propose que tous ceux qui s'intéressent à Shingo Araki regardent en hommage le film de Yamauchi de 2004, Saint Seiya Tenkai-hen Josô, ressorti le mois dernier en BluRay. On y retrouve, à mon
avis, la quintessence de l'art d'Araki/Himeno/Yamauchi, dans une oeuvre où ils ont eu une liberté telle, qu'elle fut rejetée par l'auteur de la série (qui préférait aller boire des coups que de
se
rendre aux réunions de prod', ceci expliquant cela). Pour moi, il s'agit véritablement du testament d'Araki : c'est la dernière oeuvre sur laquelle il ait travaillé avant de tomber malade, et
sur
laquelle il avait tous ses moyens. Et c'est sa plus belle, tout simplement.

Emrad 05/12/2011 03:32

Il nous manquera à tous, Bruno Bianchi aussi s'en est allé peu de temps après (Gadget, Ulysse 31, les cités d'or). C'est l'hécatombe parmi les faiseurs de rêves ...

RIP à tous les deux.

eva 04/12/2011 11:32

Tu viens de me donner l'occasion de le "relire". J'aime beaucoup les planches de ses dessins où on voit naître son travail.Oui, il maîtrisait le mouvement !

Nuage 03/12/2011 20:48

Ah merde triste nouvelle, et il faut que j'aille sur ton blog pour l'apprendre...pffff... (désolé si je suis grossier, mais ça vient du coeur de l'enfant de cette époque ^^)

allyne 03/12/2011 19:30

au moins ça prouve que son travail a su te toucher :/

Tim 03/12/2011 14:26

Ron : Tu as tout à fait raison, je rectifie ! :)

Andross 03/12/2011 14:08

Je l'ignorais, et je l'ai donc appris en venant ici. Les CDZ représentent également pour moi bien plus mon enfance que n'importe quel autre anime.
J'ai aussi versé une petite larme en l'apprenant. Mais au moins il a bien vécu et n'est pas parti trop jeune ou de maladie.
Qu'il repose en paix entre les constellations. :)

Ron 03/12/2011 14:05

Je voudrais pas faire mon pénible mais dans la mesure ou il travaillait à quatre mains avec celle qui - je crois - était en plus sa femme, je pense qu'on ne peut pas trop dissocier son travail de
celui de Michi Himeno et donc lui rendre hommage par la même occasion. Je pense notamment que les visages androgynes et les mèches de cheveux c'etait plutôt elle...

Fabienne 03/12/2011 13:36

Sincères condoléances.

Eliascarpe 03/12/2011 09:02

Les CDZ étaient mon anime de référence quand j'étais gamin. C'est aussi à cette époque que ma mère m'a expliqué le principe du dessin animé, et qu'il ne s'agissaient pas d'acteurs, avec une espèce
de filtre coloré par dessus pour faire "dessin animé" (je sais, ça semble absurde, mais je devais avoir 6 ans). Du coup j'ai été très triste de me dire que je ne pourrais donc jamais les
rencontrer, vu qu'ils n'existaient pas. Le sort aussi aime les mises en scène: j'apprends la triste nouvelle, je pars au boulot, et il pleut. Je sens que la journée va être formidable.

Este 03/12/2011 02:03

C'est vraiment dommage,sa me rappel quand j'étais petit et que je regardais Saint seya (chevalier du zodiaque)le matin avec mon père.

PS:j'ai moin de 30 ans (19) et il passer encore quand j'étais enfant

béni 03/12/2011 01:32

Et le même jour est parti aussi Bruno Bianchi, le créateur de l'inspecteur gadget sur lequel a travaillé Shingo Araki... sale journée...

http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2011/12/01/shingo-araki-rejoint-les-etoiles/
http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2011/12/02/disparition-de-bruno-bianchi-le-createur-de-linspecteur-gadget/