Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 00:01

Partager cet article

Repost0

commentaires

Guillaume 31/10/2011 13:20


I DONT WANT TO LIVE IN THIS PLANET ANYMORE
(ça plus le coup du zoom sur la pub de la police, l'amateur de "meme" se révélerait il ?)


Simon - Les Corps beaux 26/10/2011 10:57


ah ..nous vivons dans une drole d'époque, dans un monde de fou...


Manon 19/10/2011 19:51


SeeeeeeigneurmonDieu. Les gens ne se rendent pas compte de ce qu'ils disent de nos jours ! :)

Et tes dernières notes sont un peu tristounettes et mélancoliques, j'espère que t'as pas VRAIMENT envie de déménager sur une autre planète parce que ce serait triste.


ron 19/10/2011 10:19


Emy >

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/1/1a/RageAgainsttheMachineRageAgainsttheMachine.jpg


Émy 19/10/2011 08:50


"Il faut savoir aussi que cette prof pendant que son corps fondait sous la chaleur en a voir ses os/crane, elle courait vers ses élèves en criant "je fais ça pour vous, je vous aime"".

J'aimerais bien savoir d'où sort cette information quand même. N'y a-t-il qu'à moi que ça semble être du gros n'importe quoi ?

J'ai franchement dû mal à saisir une quelconque crédibilité dans le fait qu'une personne qui, je cite : "que son corps fondait sous la chaleur en a voir ses os/crane" avait la force de faire autre
chose qu'hurler de douleur !

Mais c'est vrai que Béziers et Marseille, c'est pas si loin...


Lve 19/10/2011 00:14


Je relisais les bureaux bubble et je me disais "mais c'est quoi le profil des gens de ton bureau ? - moyenne d'âge, opinion politique, CSP..." "C'est vrai, c'est faux ?" J'avoue c'est tellement
gros ce que tes collègues disent que je comprenne ton "personne me croiras" du bureau bubbles #2

Je ne rentrerais pas dans le débat de l'acte qui est évoqué.


Camille 18/10/2011 21:21


Rhaaaa Tim tu connais les memes et futuramaaaaa :)
http://29.media.tumblr.com/tumblr_lm81l4MGrm1qz4eyeo1_500.png
Déjà que j'adore ton style de dessin alors ça en plus :D

PS : le c'est chaud il est parfait :)


AL 18/10/2011 19:43


Ohlàlàlà. Mais comment tu fais sérieux? Tu bois une décoction de plantes fortifiantes d'Amazonie ou quoi? Y'aurait longtemps que ta feuille de papier m'aurait servi de canif!


Ryuu 18/10/2011 19:19


Mince, j'ai une copine au Lycée à Bézier en plus O.O

Erf, les réactions des gens me dépassent, des fois...


hadh 18/10/2011 16:47


I don't want to live on this planet anymore. D:


Miss Longueville 18/10/2011 12:42


C'est quand tu veux pour changer de planète. Je connais un petit astéroïde pépére comme tout. Faut juste trouver/construire/voler un vaisseau pour y aller. ^^


Evan 18/10/2011 11:49


Comme d'autres, j'ai carrément tiqué sur le "c'est chaud" et j'ai eu peur que ça parte dans un jeu du "tu refroidid, tu chauffes, tu brûles" :D

Quant à l'acte en lui-même, la plupart du temps il est incompréhensible et surtout dénué de toute réflexion de la personne sur ce qu'elle laisse derrière (des parents traumatisés, des enfants
traumatisés, des collègues révulsés ou des cendres...) L'acte seul compte.


Ron 18/10/2011 11:33


mouais quoi de plus normale venant d'une nana qui achète des voitures par correspondance et qui n'est pas capable de faire la différence entre des fruits frais et des pourris... car c'est bien elle
n'est ce pas Tim :) Il semblerait qu'elle t'inspire beaucoup (c'est un peu une muse, une muse de la connerie ). En fait c'est juste de la bêtise et de la peur pour expliquer une chose qui la
dépasse. C'est plus rassurant de penser que la prof était folle plutôt que d'imaginer qu'on ait pu la pousser à bout. C'est un peu une pensée archaïque mais c'est une façon d'éloigner le malheur de
soit en se disant que ça ne pourrait pas vous arriver. En plus cette prof est une anonyme et la plupart des gens qui ne sont pas touchés réagiraient surement différemment et avec plus de compassion
si ils avait été présents.
Du coup je trouve que le post de Rore éclaire la situation sous un nouveau jour et rend la chose d'autant plus triste. (d'ailleurs c'est un peu gore mais en tout cas merci pour ces précisions.)


quibe 18/10/2011 11:31


En même temps répondre "c'est chaud" dans cette situation!


Tim 18/10/2011 11:16


«Je comprends leurs motifs, pas leur détermination a en finir, nuance.» Imagine tout simplement que le motif devienne la seule option, la seule façon de se libérer. Une personne qui se suicide est
une personne qui n’a plus de choix, plus de liberté de penser, qui est prisonnière d’une idée de délivrance via le suicide. Y’a plus que ça. «C’est la seule solution». A ce stade-là, il n’y a plus
de conscience, plus de raison, plus de réflexion, donc j’ai du mal à imaginer qu’il puisse y avoir un raisonnement sensé derrière. On parle quand même d’une personne qui s’asperge d’essence, qui se
fout le feu (etc) pas de deux types qui flinguent tout un lycée avec des armes à feu comme à Columbine :o)


rore 18/10/2011 10:58


Je comprends leurs motifs, pas leur determination a en finir, nuance. Quant au professeur, a mes yeux j'y vois soit une vengeance, soit une perte de conscience et sombrant dans la folie. Il est
vrai que son acte peut etre traduit par de la haine/vengeance, comme par de l'amour. J'y prefere y voir une vengeance (meme si c'est pas le cas) car cela signifie qu'il reste une once de conscience
(aussi mauvaise soit elle), surement parce que la folie me fait peur. Mais dans tout les cas je ne la blame pas, je la plains.


Tim 18/10/2011 10:52


Rachel : Le pire c’est que j’ai dit « c’est chaud » sans arrière-pensée !

Cyrix : Boah nan, c’est juste de la bêtise, mais dès le matin ce genre de bêtise c’est hard.

Louna : Idem. Enfin je peux comprendre qu’à 8h du mat les gens soient exaspérés, les transports en commun, tout ça. Mais bon, en principe on prends un peu sur soi, une personne est morte, on
relativise.

Kek : Héhé, merchi !

PV : Oui je pense qu’on peut difficilement la défendre.

Thias : Haha je connaissais pas son nom figure-toi (j’ai pas vu Futurama depuis un bail).

Killer Queen : Pense à Diane, pense à Diane :o)

Sofi2311 : Bah, justement, non, dans ce genre de situation, je pense en premier à la personne qui est morte, qui s’est suicidée (c’est pas rien) et qui devait être pas mal ravagée dans sa tête pour
en arriver là. A ce niveau de dépression, je ne pense pas qu’on puisse «vouloir traumatiser» des gens. Ou alors on laisse une lettre comme ça arrive des fois, genre «Je vais me tuer et là ils vont
voir ce qu’ils vont voir !» Prêter des intentions à une personne sans connaître son mobile, c’est à mon avis pas ce qu’il y a de mieux à faire. Et isnon, oui, ma collègue voulait effectivement dire
blesser physiquement :o)

Belzeran : Ca m’a fait rire après coup moi aussi.

Mel : Tout le monde devrait passer une journée dans une classe. Je l’ai fait l’année dernière avec des gosses de primaire et c’était déjà pas mal.

Ricardo : « le geste fait au sein de l'établissement, dans la cours, portait une signification empreinte d'un profond malaise du rapport au travail des profs en général » Et ouais, mais y’a des
gens qui ne voient que le coté premier degré de la chose malheureusement… « Personne n'est à l'écoute de telles douleurs dû au travail. Parce que l'image du prof en France, est l'image d'un
babacool, en vacances et en grève. » Le cliché du prof qui se la coule douce est tenace hein ? Sinon merci pour ton commentaire, il est classe, et instructif.

Fabienne : Et si des fois on n’y croyait plus ? Des fois :o)

Matt : Je le pense aussi !

Rore : Je sais pas trop comment tu fais pour arriver à déterminer qu’elle a voulu faire du mal, consciemment, comme un kamikaze. Comme je l’ai dit plus haut, un suicide, c’est pas rien, faut être
vraiment au bout du rouleau, et j’ai du mal (mais je peux me tromper) à imaginer que la prof ait voulu se venger. Une personne qui dit «Je fais ça pour vous, je vous aime» tout en brulant devant
ses eleves, en leur courant après, y’a comme un petit problème psychologique qui surpasse le coté prémédité, froid et lucide d’une vengeance kamikaze.

« Vraiment, je ne comprendrai jamais les suicidés » Tu dis ça comme si tous les suicidés avaient les mêmes motifs. Un mec qui se jette sous un rer et un mec qui écrase son avion sur un porte-avion
c’est pas la même chose. La meilleure chose dans ce genre de situation c’est d’avoir un minimum de compassion. Après, si tu comprends pas le motif, c’est pas bien grave, comprendre le motif d’un
suicide c’est complexe et dur à appréhender avec son regard à soi de "personne qui ne pense pas au suicide".


rore 18/10/2011 09:44


Etant sur place ( a beziers) j'ai entendu de nombreuses prof qui connaissaient le professeur en question. Elle venait de perdre un proche, avaient vécu de nombreuses choses personnelles très
difficile, avaient des élèves normaux mais comme elle était du genre très sévère, se sont les parents des élèves qui se sont plaints auprès d'elle jusqu'a aller signer une pétition contre elle
(selon ma soeur elle était très stricte/sévère/type d’éducation du pensionnat de sarlat, mais pas pour autant a user de force(elle était petiote) ni d'humiliation ou autre. En gros une petite boule
de nerfs très coincée et très stricte. alors forcément les élèves ont râlé auprès de leur parents, ils ont chouiné comme tout élèves chouinent et ce quel que soit sa génération, mais se sont les
parents qui sont allés trop loin en signant une pétition contre elle a cause de sa sévérité (exemple: elle n'autorisait personne a entrer en cours même après 1 minute de retard) voila le genre
d'exemple contre quoi les parents se sont insurgés... Chacun y donne son avis, je trouve que d'un cote (de la prof qui s'est immolée par "vengeance" devant ses élèves) et de l'autre (les parents
qui "autorise" l'indiscipline et le laxisme) que les réactions ont été exagérées.
Il faut savoir aussi que cette prof pendant que son corps fondait sous la chaleur en a voir ses os/crane, elle courait vers ses élèves en criant "je fais ça pour vous, je vous aime" (à mes yeux,
c'est un suicide de type "kamikaze", on meurt en faisant le + de dégâts possible a son entourage pour pas mourir "pour rien") je suppose qu'aux yeux des kamikaze mourir ainsi est une mort moins
"inutile" que mourir seul dans son coin a cause d'une dépression quelconque.Ceci dit, elle illustre bien ce vers de Maupssant: Le suicide ! Mais c'est la force de ceux qui n'en ont plus, c'est
l'espoir de ceux qui ne croient plus, c'est le sublime courage des vaincus
... Vraiment, je ne comprendrai jamais les suicidés >_


Matt 18/10/2011 09:09


On va finir par y venir aux "suicide booth" !


Fabienne 18/10/2011 08:17


Et si nous changions la planète plutôt que de changer de planète ?


Ricardo 18/10/2011 07:46


Un commentaire de prof, forcément :
J'ai été choqué de la façon dont mes propres collègues ont parlés de ce drame... Mépris, dédain, sous-entendu ! Nous étions deux, à clairement dire que le geste fait au sein de l'établissement,
dans la cours, portait une signification empreinte d'un profond malaise du rapport au travail des profs en général. Comme quoi, les profs eux-mêmes entre eux ne saisissent pas l'ampleur des dégâts
que génèrent la gestion du personnel de plus en plus déplorable, sans parler du dénigrement généralisé de la profession.
J'ai moi-même vécu une forte crise à la rentrée, alors que je suis enseignant depuis 7 ans. Une crise telle que durant près d'une semaine je me suis dit que j'arrêterai ce métier. J'étais dans un
tel désarroi, que mes sentiments me submergeaient sans cesse et que je craquais entre les cours, après les cours, en rentrant, à la maison, le soir, la nuit.
Personne n'est à l'écoute de telles douleurs dû au travail. Parce que l'image du prof en France, est l'image d'un babacool, en vacances et en grève.
Ceux qui ont ce type de réflexion, devrait s'imaginer seulement 1/4 d'heure face à des classes de 25 à 35 élèves, en échec scolaire depuis le CP, à qui l'on doit partager quelques notions
élémentaires de français, de mathématiques, de sciences, d'arts... La réflexion, la remise en question constante de sa pédagogie pour atteindre durant quelques minutes seulement cet objectif en une
ou deux heures est une gageure dont on imagine pas l'ampleur et la difficulté.
Sans parler ici de la tension pour contrôler le moindre débordement et de l'attention que l'on doit porter individuellement à chaque élève.

Oui j'ai choisi le métier et beaucoup disent : C'est ton choix... Clairement, c'est une vocation. Et comment considérez-vous cette vocation ?

Bref, l'Education Nationale ne peut prendre comme exemple les entreprises qui gagnent de l'argent. Nous devons refonder l'institution, en remettant l'humain au centre, en évitant de compter, le
temps et l'argent pour mieux répondre aux besoins des enfants et dès le plus jeune âge. Et arrêter de faire croire aux élèves que l'école ne sert qu'à trouver du travail.


Mel 18/10/2011 07:14


la meuf, elle a tout compris...
et voilà à quels gens on doit se frotter quand on parle de notre boulot, ces mêmes gens auprès de qui nous passons pour des incompétents trop payés.
enfin bref, je lui laisse une journée de cours avec des élèves et on en reparle!


Belzaran 18/10/2011 06:45


Le "Ouai c'est chaud" m'a fait rire. Je sais pas si je devais.


sofi2311 18/10/2011 06:41


C'est mal dit, mais elle n'a pas tout à faire tord, il faut se mettre à la place des lycéens/collégiens.
Déjà ceux qui l'ont fait craquer, ils ne pensaient peut être pas a mal et n'auraient jamais voulu que ça aille si loin.
Et ceux qui n'ont rien fait, et qui voient un humain brûler devant soit. Personnellement, au lycée j'étais pas super stable psychologiquement, et je pense que j'aurais mal supporté ça. Surtout si
cela avait été un de mes profs. J'aurais probablement eu du mal à retourner en cours.
On ne fait pas ce genre de suicide sans vouloir traumatiser quelqu'un, donc le choix du suicide est partiellement "vous m'avez fait du mal, regardez ce que vous avez causé, ayez ma mort sur votre
conscience"
Même si je pense que ta collègue voulait probablement dire blesser physiquement.


Killer Queen 18/10/2011 06:34


Si tu savais ce que j'ai entendu au boulot, alors que nous sommes partie prenante... Il y a des jours où je vendrai mes parents pour une corde et des kilos de Lexomil.


Thias 18/10/2011 01:05


Professor Farnsworth meme FTW


pv_le_worm 18/10/2011 00:31


Pour des raisons que j'ai la flemme de développer longuement (il est tard, mais c'est surtout rapport au côté "égoïste" de la chose pour résumer), je suis, pour le coup, pas en total désaccord avec
les propos de la madame (même s'il ne faut pas s'arrêter juste à ce jugement) ...


kek 18/10/2011 00:25


ahah j'adore la fin :)


Louna 18/10/2011 00:16


ça me rappelle des réactions qu'on peut entendre après des suicides de gens se jettant sous les trains : "franchement ils abusent, ils bloquent tout le trafic. Quel égoïsme, si ils voulaient
mourir, ils auraient pu faire ça de façon à ce que ça n'emmerde personne".
Je l'entend partout, même par des personnes que j'apprécie.


Cyrix 18/10/2011 00:16


oO Réaction digne de... Euh... De quelqu'un qui a perdu son humanité?


Rachel 18/10/2011 00:10


"Ouais c'est chaud"..

Exprès ou non, c'est LA réponse.

Par contre je comprend tout à fait ton envie de changer de planète quand on voit ce genre de réaction.