Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:01

http://www.tim-illustrateur.com/images/blog/projet/lycee/lycee-10-paradis.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tim - dans Projet
commenter cet article

commentaires

moudubou 05/02/2014 14:56

Et alors? Et alors?

T'as niqué comme un forcené pendant ces années?

Karal 03/02/2014 10:15

Moi je trouve que tu as vraiment de la chance de t'être rendu compte de ton bonheur à cette époque. Ca t'a permis d'en profiter même si tu as eu tendance à être nostalgique avant l'heure.

Pour ma part, j'étais dans des classes de filles et les sections de garçons étaient dans un autre bâtiment, on ne se mélangeaient jamais. La communication se faisait à la récré avec les classes
"mixtes". Alors que ceux qui avaient choisis élec, menuiserie etc...restaient toujours qu'entre eux (garçons).

Ils ne nous ont jamais sifflé, ils avaient l'air très soudés entre eux.
(ou alors ils se faisaient chier mais qu'entre eux ^^).

Quoi qu'il en soit, je suis convaincue que ceux qui ont choisis dès le lycée, une spécialisation, n'ont pas vécu le lycée comme ceux qui ont pris des filières générales.

Pico 01/02/2014 17:02

P'tête que je me gourre mais j'imagine que pas mal des gens de ta section devaient avoir vraiment envie de faire ça, non? S'il y a bien une chose que je trouve infiniment bête c'est cette
hiérarchie idiote qui dévalorise tous les métiers manuels: quel gamin ayant de bonnes notes en 3ème irait faire un CAP ou truc dans le genre? Quasiment aucun et celui qui ferait ça on le prendrait
pour un cinglé... Du coup à mon avis une grosse partie de ceux qui vont dans ces sections y vont avec un sentiment d'échec, d'être des mauvais et d'être puni pour ça en étant obligés d'aller dans
ce genre de sections...

Et moi qui ai fait de longues études, à presque 30 balais j'envisage d'aller faire un cap d'ébéniste en partie par dégoût de ces soi disant professions intellectuelles...
Comme quoi toi t'avais fait le bon choix!

Tim 01/02/2014 12:05

Fabienne : De rien !

Maëlle : Merci beaucoup ! :o)

Blogoss : Ravi de lire ce commentaire, j’attendais justement un avis d’une personne ayant fait ses études «en face», je réalise qu’effectivement j’ai eu de la chance d’entendre parler de la F12
quand j’étais en 3eme du coup. Content que tu t’en sois bien sorti !

Renkineko : C’est vrai que toutes ces filles, ça pouvait être une tentation, mais bon, avec l’idée de «ne pas sortir avec une fille de la classe» ça aide à tenir, pis on peu être très content rien
qu’en regardant. Tout à fait d’accord avec toi sur l’orientation, c’est vraiment important de faire, ne serait-ce qu’un petit peu, ce qu’on aime. Ca aide à se lever le matin, déjà…

Renkineko 01/02/2014 10:17

Pour ma part j'ai fait ma seconde en STI, le truc avec de grosses machineries et tout ça, y avait aucune fille dans mes souvenirs. Mais bon c'était les matières qui ne me plaisaient pas. Ensuite je
suis passé en STT, et là c'était déjà beaucoup plus sympathique : c'est durant ces années là que je me suis fait de très bons potes que je côtoie encore aujourd'hui (enfin surtout un). Pourtant y
avait pas beaucoup de filles, 3 à tout péter.

Je ne suis pas sûr que pour tout le monde à l'époque, c'était le bonheur d'être entouré de filles. Après tout, c'était une tentation de tous les instants à laquelle il fallait lutter, donc autant
ne pas en avoir en classe (ou n'avoir que des filles ayant déjà quelqu'un, comme ça piouf tranquille :p).

Pour ma part j'aimais beaucoup le lycée, ainsi que les 3 années qui ont suivi. Les matières étaient pas trop mal, les profs plus accessibles qu'au collège (car on commence à avoir un comportement
un peu plus adulte dans ces années justement, donc le dialogue peut s'instaurer plus facilement). Je pense que le plus gros problème des lycéens/étudiants, c'est le manque de connaissance sur
l'orientation. C'est triste, car si on les dirigeait vers les matières qui peuvent leur plaire, alors ils auraient une motivation décuplée et donc de bons souvenirs.

Bref, j'ai bien aimé cette histoire, mais j'ai envie de dire : comme d'habitude :)