Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 00:01
J’ai dessiné cette note début avril, après avoir (brièvement) revu les deux personnes représentées ci-dessous, éprouvant un sentiment de déprime bizarre. Je n’ai pas publié cette note pour différentes raisons (moyennement envie de plomber l’ambiance, trois jours après j'y pensais plus, planning etc) puis, l’automne aidant cette note est revenue. Et oui, on essaye de resister aux éléments mais des fois les feuilles mortes gagnent.
.
.
.
.
.
.
.
.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

MystiK 27/11/2011 18:26

Reno, Hitler était un fou sataniste... histoire de culture, quant à dire qu'il ne buvait pas reste à prouver la chose.
Je pense que j'aime mieux les cours de récrés (ou plutôt non, les colos où les enfants ont le temps de penser par eux mêmes), que vos jugements prétentieux quant à l'acquisition certaine de votre
savoir. Moi je vous conseille de relire Camus. Et puis plein d'autres... qui ont en lien d'avoir gardé un regard d'enfant. Humm, Le petit prince sera très bien pour commencer :)
vieux .... :)

Pierre-Benoit 23/11/2011 23:44

Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent.

Reno 22/11/2011 17:10

Je ne mets pas souvent de commentaires et je ne les lis pas systématiquement mais là Metak me sidère carrément. Lire et citer (justement) Schopenhauer, Vian ou même son voisin c'est plutôt un sigen
de réflexion et je n'ai pas l'impression que Jean Robert méprise l'intelligence des enfants mais l'opinion général semble "tendre" vers une importance de la réflexion et aussi de la culture dont
Jean Robert ne semble pas dénué. Pour ce qui est de la métaphore de la fleur ou des égalités, on est pas loin des jugements de cours de récré. On pourrait aussi dire aussi bêtement Hitler ne buvait
pas ne fumait et ne se droguait pas, mais alors pourquoi a-t_il fait tout ça ?
Bref ce n'était d'ailleurs pas dut tou le propos du post.
Bonne réflexion à chacun et vive les carambar !!!

bea 17/11/2011 17:17


pour rebondir non pas sur la note (d'ailleurs bravo tim, j'aime bcp ta sensibilité et tes dessins


janine 16/11/2011 21:50


très simple, très juste, je l'ai relu plusieurs fois.


Fabienne 16/11/2011 20:42


Après tous ces longs commentaires, j'espère que ça ne gêne pas si je réponds moi aussi à quelqu'un.
A.Nelson Sindfoul, la vie est quelque chose qui peut épuiser les "batteries" de quelqu'un. Pour tenir, il faut pouvoir recharger ses accus, décompresser. Si on n'a pas quelqu'un pour vous soutenir
moralement ou même physiquement, il peut être tentant de se détendre via des substances dont l'abus nuit à la santé.
Et pour évoquer ce que disait quelqu'un d'autre, être soutenu, ce n'est pas toujours être protégé. C'est plutôt être épaulé.


METAK 16/11/2011 17:55


Prenons une fleur. On verse dessus tous les jours du liquide vaisselle par exemple... elle meurt très vite. Une autre, on en prend soin, de l'eau, de la lumière... et même on lui parle ahah, elle
vit et s'épanouie. Ce qui n'empêche pas en effet que qu'elle soit coupée et mise dans un vase...
Bref, on est pas obligé d'être d'accord.
Et si il y à un truc qui m'énerve vraiment, c'est les gens qui cite 36000 auteurs morts pour exprimer leur opinion.
Ce que j'aime particulièrement chez les enfants, c'est qu'ils n'ont aucune autre référence que leur être intime (soit leur coeur). C'est pour ça qu'ils sont souvent surprenant d"'intelligence"
et/ou de bon sens.
Salutations


Jean-Robert 16/11/2011 17:39


Bien je te trouve trop manichéen à mon goût, on pourrait aussi dire que vieillir et un processus aussi destructif, et même en étant "sain" on est sur une voie vers la mort.

Les situationnistes par exemple, Debord comme Vaneigem prônaient avant tout une vie de jouissance (et donc de construction de situations poétiques), étaient assez fêtards et avaient à mon sens bien
plus réfléchi que nous pauvres communs de mortels sur ce que pouvait signifier "vivre". Je ne suis pas sûr d'ailleurs que cela entachait leurs capacités intellectuelles! Et au final Debord ne sera
pas mort d'avoir trop picolé mais en se faisant tirer dessus...

De même, si Vian est mort très jeune, c'était pour des problèmes de santé qu'il avait depuis tout jeune ( bien sûr on ne peut pas savoir s'il aurait ou non vécu plus vieux en vivant
"sainement").

Alors bien sûr, moi en tout cas Schopenhauerien convaincu j'ai une vie plus proche de celle de l'ermitte que de celle du fêtard et jouisseur. Mais disons que je ne jugerai pas la vie simplement sur
sa longévité mais réellement sur sa qualité. Et c'est pourquoi les deux situations, "être sain" ou "boire, fumer etc" peuvent être potentiellement également destructifs, mais aussi également
constructifs...
Et si demain on me proposait "alors tu as le choix entre vivre la vie de Madame Michu, infiniment chiante et fade (mais saine!) et morte à 92 ans ou vivre celle de Boris Vian mort à 39 ans" eh bien
je pense que je n'hésiterais pas une seconde.


METAK 16/11/2011 10:01


On va revenir a un réel plus terre à terre: je bois, je me drogue, je fume= je détruit des facultés... des neurones... des cellules, sur une route de mort.
Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas, et je cherche l'illumination= je suis un être humain bien en vie sur une route de vie.
C'est une certitude oui, bien que je fume :)


Jean-Robert 16/11/2011 05:09


Oh que nenni que je crois savoir. Je tombai par hasard sur cette citation de Cioran que j'aime bien (lui et la citation): "Des opinions, oui ; des convictions, non. Tel est le point de départ de la
fierté intellectuelle." ainsi que "N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi". Cela pourrait se débattre, je demeure relativement d’accord avec lui, bien qu’il ne faille pas forcément
considérer pour autant chacune des opinions imaginables comme d’égale valeur.

Malgré les apparences cela rejoint mon point de vue (peut-être maladroitement exprimé), qui était avant tout que : à la place de Tim, ce qui m'aurait attristé aurait été avant tout que la personne
en question ne reconsidère pas la position qu'il a eu à 6 ans (en ce sens, le voir ou non fumer n’eu pas permis de tirer la moindre conclusion).

Bien évidemment, peut-être que même en la reconsidérant il aurait continué à ne pas fumer, peut-être l'inverse. Et surtout, il est également probable que le choix que l'on fait soit stupide, tout
du moins guère réfléchi, que l'on tienne sa "promesse" ou non. Clairement, il aurait très bien pu se mettre à fumer juste pour suivre la meute.

Concernant les enfants je vous trouve tout de même sidérant ! D’une certaine manière cela reviendrait à dire que l’intelligence c’est l’absence de connaissance. Est-ce qu’à 6ans j’aurais écrit ce
que j’écris actuellement, pensé ce que je pense actuellement ? Non. Je ne veux pas dire plus que cela. Et oui, à mon sens, ce que j’écris là a plus de valeur que ce qu’aurait à répondre un enfant
de 6 ans interrogé sur le sujet.

Bref pour en revenir à notre sujet, le seul crime pour la pensée aurait été pour ce fumeur de ne pas douter, là réside la seule tristesse possible, ne pas douter. Car là où le doute n’est pas même
envisageable, alors l’opinion n’est plus que conviction, revendication aveugle et sclérose de l’esprit.

Descartes ne m’a par bien des aspects pas forcément tellement enthousiasmé, mais je me souviendrai toujours de ce bête petit prérequis présent dans les Méditations métaphysiques : «il me fallait
entreprendre sérieusement une fois en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j'avais reçues jusques alors en ma créance, et commenter tout de nouveau dès les fondements ».
Dans le cas de la métaphysique c’est dans le but de parvenir à la vérité sur toute chose, ce que l’on pourrait donc critiquer.

Pour ce qui est de l’alcool, Metak, je ne suis pas un gros buveur, ceux qui se défoncent bêtement n’ont en effet pas une démarche clairement pas intéressante. Néanmoins, je trouve l’alcool une
merveilleuse invention pour la diversité infinie de saveurs qu’il peut proposer. En ce qui me concerne, j’aime généralement garder le contrôle de ma personne je n’irai donc rarement trop loin.
Pourtant, sur le principe, je ne pense pas que cela soit forcément mauvais de se laisser partir, oublier les conventions, le sens, le beau, le sale, le bien, le pas bien. Je serais un brin taquin,
je pourrais dire que la personne saoule retourne d’une certaine manière en enfance en perdant de nouveau la conscience et les normes que la société lui a inculquées, il se sentira libre de
n’importe quoi, le mot « ridicule » ne voudra plus rien dire pour lui, peut-être n’est-ce pas si mal ?
C’est tout du moins à mon humble avis une position à ne pas oublier avant de jeter une œillade hautaine vers un groupe de personnes saoules.

On peut enfin étendre cela aussi à certaines drogues dites hallucinogènes. Je n’en ai jamais pris, mais ai croisé certaines fois des personnes qui à mon sens avaient une approche tout à fait
intéressantes de ces substances, et bien entendu les consommaient de manière très exceptionnelle.

Que ce soit sur l’alcool ou toute autre drogue psychoactive, la question à se poser devrait simplement être : cela m’apportera-t-il quelque-chose ? Un plaisir, une sensation, une perception
différente, une remise en cause de normes acquises, une appréhension différente du réelle, voire une meilleure connaissance de moi-même ? Et bien entendu de mettre ces éventuels effets positifs en
balance avec les effets négatifs tels que gueule de bois, badtrip, ou dépression/suicide dans le cas de dépis amoureux ahah.

Sur le sujet des drogues en général, j’ai tendance à rejoindre Jodorowsky qui disait en substance qu’elles peuvent permettre des expériences intéressantes mais qu’il ne faut pas perdre de vue
qu’elles ne pourront fournir que l’illusion de l’illumination, non la réelle qui ne peut provenir que de nous seuls.

Comme conclusion, je serais tenté par ceci: la poésie, l'intérêt, la valeur ou non de nos choix de vie ne sont pas tant liés à ces choix eux-mêmes, mais à la poésie, l'intérêt, la valeur que l'on
aura mis ou non en eux.
ie: se saouler n'est ni trivial ou vulgaire en soi, seule la vision qu'aura l'individu de ce plaisir pourra l'être.


Lily 15/11/2011 10:27


Très jolie note...

Jean-Robert, un adulte est un grand enfant qui croit qu'il sait. Un enfant est un petit adulte qui sait qu'il croit.
Médite la dessus.


METAK 15/11/2011 07:52


Jean Robert, je suis désolé pour toi, ta vie doit être bien triste! Moi j'étais dans un milieu de fumeur, et je détestais la clope. J'ai fumé qu'à l'adolescence où la oui, la crétinerie et a son
apogée.
Ta généralité sur les enfants de 6 ans, je l'affirme est infondée. Et je peux même dire que leur pertinence dans leur propos et souvent bien plus profonde que celle des adultes que je
rencontre.
Justement à cet âge on pense encore par soi-même.
Après il est possible que tu es été un enfant crétin... ça?
A 6 ans j'avais aussi un écoeurement face aux gens qui buvaient. Je trouvais qu'ils puaient, et qu'il savais plus parler. Puis a l'adolescence j'ai bu. Puis j'ai arrêté, parce que c'est vrai, ça pu
et on parle plus pareil... sans compter les autres effets dévastateurs.
Quand à l'amour, je n'ai jamais été choqué par des gens qui s'embrassaient, par contre par des images pornos si.
Et a mon grand âge, c'est toujours pareil!
L'amour Jean Robert, il commence par soi, et se déploie vers les autres. Dans ce que tu dis, je vois un homme blazé, sans poésie, et trop sûre d'avoir tout compris.
Non, vraiment j'adhère pas à ton jugement.


Colin 15/11/2011 07:05


C'est vrai qu'elle est un peu triste cette note, mais très belle aussi.

Elle nous rappelle que bien souvent on déroge à nos promesses d'enfant.


Jean-Robert 14/11/2011 22:45


Eh bien désolé Metak, je peux tout aussi bien dire par ailleurs que ce qui est niais c'est d'accorder du crédit à ce que dit un enfant, dit comme cela, ça ne me semble ni plus ni moins fondé.
Je ne dis pas que c'est mal, mais bah oui un gamin ça ne pense pas par soi-même (mais bien sûr beaucoup d'adultes ne pensent pas non plus par eux-même). Un enfant plus que tout être se contentera
de répéter ce qu'auront sortis ses parents, et essayer de plaire aux autres gosses lui semblant "cools".
Allé éventuellement on peut voir une certaine poésie dans la candeur de ce que peuvent sortir des enfants. ah mais par contre c'est généralement très cruel les enfants! ;)

Par contre j'ai tenté d'y repenser et m'est revenu le souvenir qu'avec mes frères on s'amusait à se faire des sortes de clopes avec des aiguilles de pin...
Je ne doute pas cependant que si mes grands frères ou parents m'avaient dit que la clope ça craint, et bien j'aurais dit la même chose qu'eux.

Mais dans tous les cas, je ne pense pas qu'à 6 ans, on soit capable d'une profonde réflexion sur la question des plaisirs et de leurs éventuelles contreparties négatives. Et c'est justement
indigent de réfléchir en terme aussi poussés que propre=bien, sale=mal, ce sont des équations plus complexes que ça, d'où l'intérêt de les reconsidérer intégralement une fois la nécessaire maturité
acquise, et ce, quelle que soit la décision finale retenue.

Eu égard aux embrassades et choses de ce genre, je ne pense profondément pas que ce soit quoi que ce soit de sociétal. Au contraire, je pense que c'est de la même manière une considération très
instinctive visant à considérer que beurk c'est dégoutant de fourrer sa langue dans la bouche d'une fille. Car de la même manière, ça n'a rien de naturel, et le gamin, lui, n'est pas encore équipé
pour comprendre ce qu'est l'amour pour une fille, le plaisir de s'embrasser etc. En ce qui me concerne d'ailleurs je crains infiniment plus les effets négatifs de l'amour que ceux de la clope,
c'est pourquoi j'ai arrêté l'un et non l'autre!


A.Nelson Sindfoul 14/11/2011 19:47


Passer du statut d'enfant protégé à celui d'adulte responsable, c'est pas simple.
(Juste pour dire et sans entrer dans la polémique, je ne suis pas tout à fait d'accord avec le premier comm de Fabienne).


Ftisy 14/11/2011 18:30


De la poésie à la Tim. J'adore.
C'est très touchant et je crois comprendre ce que tu ressens... En tout cas, je me retrouve bien dans cette note. :)


Scribe 14/11/2011 17:21


Tim > J'ai trouvé les quatre bouquins des Jeunes Filles à Emmaüs l'autre jour, mais j'ai pas vraiment pris le temps de les lire. Merci de me le remémorer, je vais me plonger dedans de ce pas !


Tim 14/11/2011 16:14


Mat : Merci !

Anne : Merci également.

Cyrix : Et oui comme quoi il y a aussi de belles surprises !

Jean-Robert : Y’a pas vraiment de rapport entre la clope et la boisson. Dans le premier cas, je suis juste triste comme si une promesse d’enfant avait été brisée (c’est pas la mort hein, s’il est
quand même heureux, tant mieux) et ça me fait tout bizarre. Dans le deuxième cas, je suis super triste que le mec soit en train de devenir un pilier de bar. La même déprime, mais pour deux
événements différents. Mais sinon, je suis plutôt d’accord avec Metak concernant le fait qu’un gosse de 6 ans qui veut garder un corps sain, c’est (pour moi) bien plus adulte qu’un trentenaire qui
s’en bat les couilles d’encrasser ses poumons. Mais, je le redis encore : si la personne est heureuse comme ça, tant mieux :o)

Metal : Merci ! Bien d’accord avec toi.

Scribe : C’est pas vraiment un parallèle, juste une succession de coups de blues (juste deux, mais qui me font mal). Pour la phrase « Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis » je suis à
100% d’accord avec toi, si c’est une couverture pour dissimuler tous ce que l'on a renié, c’est flasque. Bravo pour la citation à la Vaquette ! J’ai lu «Les Jeunes Filles» de Montherlant
dernièrement, fonce dessus !


Scribe 14/11/2011 15:32


Jolie planche, mais comme dit Jean-Robert, j'ai aussi trouvé curieux le parallèle entre le gars qui s'est mis à fumer et le dépressif semi-alcoolo. Le gars s'est mis à fumer, mais il est ptet
heureux comme ça. C'est plus déprimant pour le second type où on a (a priori) plus l'impression qu'il a renié son idéal de vie, que pour le premier qui, à part la clope, est peut-être très
heureux.

Petite réflexion sur la phrase "Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis"... C'est à la fois très vrai et très bidon comme maxime. Très vrai parce que savoir reconnaître ses erreurs, c'est
plutôt une preuve d'intelligence, mais employé comme couverture pour dissimuler tous ce que l'on a renié, c'est plutôt une posture facile et lâche.
Tiens, ça me fait penser à "Votre inconstance à tous, en toutes choses, m'est tout à fait étrangère."


METAK 14/11/2011 15:27


Jean-Robert, a 6 ans on est bien plus intelligent qu'à l'âge adulte. Ton jugement sur les petits est assez niai. peut être que tu ferais bien de te rappeler ce que tu pensais alors...
C'est loin d'être débile de penser a garder son corps et son esprit sain. Après pour les gens qui s'embrasse dans la rue, ce genre de réflexion vient déjà du conditionnement sociétal. Celui imposé
par les adultes :)


Jean-Robert 14/11/2011 15:07


Ce que je trouve assez étonnant, c'est le fait un peu de mettre en parallèle un alcoolique et quelqu'un qui fume des... cigarettes...
En ce qui me concerne d'ailleurs je serais bien incapable de savoir si j'ai pu dire ou non ce genre de choses étant petit, mais un avis qu'on a petit c'est généralement débile, comme trouver trop
dégoutant de voir des gens qui s'embrassent ou ce genre de conneries que sortent beaucoup de petits. Enfin c'est pas pour dire qu'il FAUT changer d'avis sur ces sujets évidemment, mais tout
simplement de dire que grosso modo sur l'échelle de pertinence et de réflexion un avis qu'on a à 6 ans c'est quand même souvent proche de 0...
Bref, fumez des clopes, roulez vous des pelles, et même, pintez vous après tiens!


Cyrix 14/11/2011 13:37


Siam: Je plussoie :)
Tim: Comme je comprends ton sentiments... Faut croire que la vie change les gens. Mais tout revers a sa médaille: comme le dit si justement Siam: D'autres changent en bien ;) !


Siam 14/11/2011 11:09


L'inverse m'est arrivé. J'ai retrouvé via FB des copines de primaires vouées à l'échec qui s'éclatent en tant que mères de famille nombreuse, des ex-obèses devenues sylphides. j'ai croisé une
tortionnaire à la caisse d'un supermarché dans mon village natal... et je reconnais que j'ai un peu joui !


Anne 14/11/2011 08:59


On dirait du St Ex... Tu vois le Mozart assassiné


Mat. 14/11/2011 08:59


Je la trouve vraiment belle celle-là....
La 4e planche est trop wouha !


Tim 14/11/2011 07:48


Fabienne : Oui je le sais. Je ne reproche rien aux deux personnes de cette note, je suis juste triste de "la vie" comme on dit.


Fabienne 14/11/2011 07:43


Je suppose que tu sais que pour garder une ligne de conduite à travers toute une vie il faut être soutenu et que tout le monde n'a pas cette chance-là.