Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
CV
Portfolio
E-Mail
Presse

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD


Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Soutien
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 21:00
 
 
 

Le titre de cet épisode est inspiré du Chapitre 4 (La Choucroute) de «J’veux être Grand et Beau», spectacle cours de philo trash/intello de l’IndispensablE Tristan-Edern Vaquette. Ci-dessous, en bonus, la bd dont je parle dans l’épisode que vous venez de lire. Cliquez dessus si vous n'arrivez pas à lire, et euh, merci de votre indulgence.

.

.

 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Tim 26/10/2013 19:14

Fabienne : Y’a un peu de ça, même si j’ai toujours aimé explorer des trucs depuis que je suis petit :o)

M’fi : Tout à fait d’accord sur les petites choses qui font avancer la vie quand même ! C’est un peu décourageant si on regarde le monde dans son ensemble, mais bon, on a quand même envie de
continuer.

Eva : Merci beaucoup !

eva 25/10/2013 17:37

Tres beau message dans ta BD d'aujourd'hui!

m'fi 24/10/2013 22:52

Tim: j'avais bien compris que tu n'avais pas confiance en l'humanité en tant que groupe ou masse.
Pourtant, je reste convaincu que lui accorder un peu de confiance reste notre seul salut. Cette confiance et les gestes qui vont avec sont peut être peu de choses comparés à l'ampleur de la tâche
mais il faut quand-même essayer. Pour nous, pour nos amis, pour nos enfants...
Personnellement, j'ai des enfants et j'ai envie de leur transmettre cette confiance et tenter de leur offrir autre chose que ce que nous propose la société de consommation actuelle. D'où ma
motivation, j'espère communicative, de mon commentaire précédent ;-)
[et à ceux qui me diraient: "t'avais qu'à pas faire des enfants" je leur réponds: "mes enfants sont les plus beaux fruits de l'amour qui unit ma moitié et moi-même. Ils valaient donc la peine
d'être faits et ils valent donc la peine d'être choyés!" C'est une explication gnan-gnan, baignant dans de la poésie à 2 balles mais je m'en fous, c'est la plus belle explication qui soit... :-P ]

Fabienne 24/10/2013 20:15

Neo-Tokyo et Akira, serait-ce ça qui t'a donné envie de dessiner Promenade ?

Tim 24/10/2013 15:06

M'fi : Merci ! Oui je suis d’accord sur le fait que des bds comme Akira aient un message plutot écolo, mais pour moi ça n’empêche pas qu’on puisse dans le même temps penser que la Terre sans
l’Humanité, bah c’est pas grave. A l’échelle de la Terre on est juste des insectes qui font mumuse. Avec tout ce qu’a connu la Terre avant nous, je pense qu’on peut se dire qu’elle y survivra, et
que tout ça n’est ni bien ni mal, mais juste «Bon, bah l’Humanité, finito, passons à la suite.» D’abord les dinos, puis l’Humanité, et après, autre chose surement ?

Après, oui je suis aussi d’accord que l’Humanité est capable du meilleur, mais c’est tellement une goutte d’eau dans la mer de problèmes que nous avons créé, que j’ai du mal à penser que ça puisse
aller mieux, du moins à l’échelle globale. Je ne culpabilise pas 24h/24, mais à titre personnel, j’ai horreur de ce que nous sommes (de manière globale encore, j’entends, au sens où nous sommes une
masse de gens qui ne font rien de bien collectivement). Pas contre une idée de bd, héhé… ;-)

m'fi 24/10/2013 12:45

Très belle note!

Je trouve cependant un peu triste la partie concluant que l'humanité n'est pas indispensable à le terre.

C'est peut-être vrai mais les histoires apoclyptiques comme Akira ne sont que des mises en garde par rapport à nos comportements désastreux par rapport à notre planète.

L'humanité n'est pas indispensable à la terre... sauf, peut-être, pour remédier à ses propres bétises... L'humanité a déconné et déconne encore, c'est vrai. Mais l'humanité, c'est aussi un
potentiel quasi infini de ressources, de bonnes idées et de positivisme pour résoudre ces problèmes.

Je pense de cette manière depuis que je me suis intéressé au mouvement des villes en transition lancé notamment par Rob Hopkins et son fameux "Manuel de transition". Il avance notamment qu'on peut
constater que rien ne va, culpabiliser à propos de nos actes, ne rien faire et attendre que ça passe.
On peut aussi croire que la technologie résoudra tout.
Mais on peut croire aussi que, si l'humanité est capable du pire, elle est aussi capable du meilleur grâce à sa créativité et sa capacité à aller vers plus de résilience... notamment par le
renforcement des ses communautés locales, par la diminution de nos dépendances au pétrole, etc.

Depuis que j'ai pris connaissance de cette façon de penser, j'arrête de culpabilisé, j'assume ma part de responsabilité sur les problèmes que notre planètte connaît et j'essaie d'oeuvrer au
quotidien (seul ou en groupe) pour renverser la vapeur.

Que penses-tu de ce point de vue ? Une petite BD pour y réfléchir ? ;-)

Tim 24/10/2013 10:53

Lucile : Waw, bah euh, merci beaucoup. J’avais vraiment peur que cet épisode soit vu comme «Tonton Tim va vous apprendre les phrases à suivre pour faire des trucs bien», finalement tout va
bien,
comme d’hab je me fais du souci pour rien. Mille merci pour ton commentaire.

France : Mais oui, c’est vraiment ça que j’arrête pas de dire à chaque fois : des profs bien, y’en a plein, partout, et quand on tombe sur eux, on progresse vraiment vite et bien. Ce que j’ai
particulièrement aimé, c’est que les phrases qu’ils nous disaient n’étaient pas des règles à suivre aveuglement, mais plutot des conseils, des trucs à se dire dans sa tête pour se dépasser en
cherchant sa voie. A part ça, ouais, les voyages dans le temps, des fois c’est un peu la honte, mais ça peut aider à savoir où on veut aller.

Paka : Exactly mon grand ! Exactly !

Rémi : Merci beaucoup, c’est très appréciable de lire ça.

# : Merci pour les trois bulles ! Perso je trouve plus ça maladroit qu’impressionnant, mais bon, je prends quand même ton compliment :o)

# 24/10/2013 10:27

Commentaires sur la BD de 1997: wow, la technique est impressionnante, meme pour d'humbles debuts. J'aime beaucoup les trois cases de bulles !

Rémi 24/10/2013 10:09

Il faut un certain courage pour se mettre à nu de la sorte.
Bravo !

Paka 24/10/2013 09:25

Mais oui LESS IS MORE BORDEL. OUI OUI OUI.

France 23/10/2013 21:49

C'est marrant, plus tu racontes ton expérience en arts appliqués plus je m'y reconnais. Je crois que j'ai vécu ça de la même façon en fait, c'est fou comme une formation (et quelques professeurs
avisés) peuvent complétement nous ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure...
Enfin bref très mignonne la BD, le dessin y était déjà très bien maitrisé je trouve ! ;) C'est toujours un voyage dans le temps quand on retrouve de anciens projets comme ça, héhé!

Lucille 23/10/2013 21:45

Franchement... C'est le meilleur chapitre de la série. Vraiment très touchant. J'en avais les larmes aux yeux.