Facebook
Esquimaux
Google +
Twitter
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
newsletter blog a cup of tim
Quotidien Survival

Categories

Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages

Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma

Dessins à Vendre
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien

Wikio - Top des blogs - Illustration
 
Lundi 8 avril 2013 1 08 /04 /Avr /2013 00:01

http://www.tim-illustrateur.com/images/blog/projet/college/college-07.jpg

 
 

Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Mardi 2 avril 2013 2 02 /04 /Avr /2013 00:01
La note "Game Over" d'hier était bien sûr un poisson d'avril ! Je l'ai supprimée, ce serait bête qu'un jour ça arrive pour de vrai... Pardon à vous qui avez eu un gros coup de flippe, je le referais plus jamais, promis ! (Et un grand merci à vos mails de soutien, d'encouragement etc, vos réactions m'ont quand même fait chaud au coeur...) Suite et fin de Naples :
 
Pour finir ce compte-rendu de Naples, quelques photos d’Ischia (et d'autres choses) ... La météo n’étant pas assez bonne, nous ne sommes pas allé à Capri (pas grave) ni à Procida (ça par contre j’aurais bien aimé). Ischia est vraiment sympathique. L’ambiance y est cool comme à Sorrento, mais avec le coté crade de Naples qui n’est pas désagréable, l’endroit devenant un peu sauvage, ce qui ne manque pas de charme.
 
 
 
 
 
 
 
Ci-dessous, un chat moche.
 
 
Le lendemain, grand soleil et quelques nuages, l’occasion de saluer le Vésuve, et de faire un tour sur le vieux port, le «Borgo Marinaro». L’eau est très claire, on se dit que c’est pas trop l’endroit où balancer un mec avec les pieds pris dans le ciment.
 
 
 
 
On trouve dans le Borgo Marinarole Castel dell'Ovo, édifice plutôt sympathique, assez épuré, du haut duquel on a une très belle vue des deux cotés de la baie de Naples. Castel dell’Ovo signifie Château de l’œuf. Pourquoi un œuf ? Parce que Wikipedia : «Le nom du château découle d'une légende médiévale rapportée par le poète Virgile. Un sorcier aurait déposé un œuf magique sous les fondations du château afin de soutenir l'ensemble. Si cet œuf disparaissait, la forteresse s'effondrerait, entraînant la ruine de Naples. C'est ainsi que la reine Jeanne Ire de Naples a été soupçonnée d'avoir fait disparaître l'œuf et d'avoir amené tous les maux sur la ville.» Merci.
 
 
 
 
 
 
J’ai failli oublier de parler de la bouffe. En Italie, il y a des premiers plats, et des seconds plats. Ca veut dire que vous allez prendre une entrée (normal) et après, on vous servira d’abord le premier plat (légumes, pâtes, riz etc), et une fois que vous avez bien mangé, que vous êtes contents et que vous avez en tête le génerique Italien de Cat’s Eyes, BIM, on vous amène le second plat, à savoir la viande (poisson, escalope etc). C’est assez lourd, car en plus la quantité va avec. Le premier plat est un vrai plat, et le second aussi, genre si en second plat vous avez pris des escalopes au citron (car c’est ce que Bagou commande à la mère Fratelli dans les Goonies) on vous en amène deux.
 
 
 
Du coup, le mieux à faire est de prendre des entrées Antipasti (épinards, artichauts, aubergines grillées etc) et juste le premier plat. Ca marche très bien. Le serveur fait un peu la gueule à la fin car vous n’avez pris qu’un plat au lieu des deux, mais bon, tant pis. Leslie Plée a fait une note sur son séjour à Rome, cliquez ici pour le lire, c’est classe.
 
 
Sur le Castel St Elmo, il y a une sculpture qui me fait penser au Seigneur des Anneaux.
 
 
Pas mal de chiens errants à Naples, et peu de chats. Pourquoi ? Mystère.
 
 
Ci-dessous, on peut manger des frites dans les restaurants Chinois/Japonais.
 
 
Enfin, une publicité de bon goût.
 
 
Une semaine à Naples, c’était sympa. La météo ne nous a pas permis d’apprécier la ville autant qu’on l’aurait voulu mais on a quand même vu Pompéi, Sorrento, Ischia… De très belles images (voir le Vésuve chaque matin, c’est classe) malheureusement gâchées par un certain j’m’en-foutisme de la part de la quasi-totalité des gens que nous avons croisé.
 
 
Demander des explications (sur un menu, sur une direction, sur une traduction) semblait être un effort pénible pour nos interlocuteurs, que ce soit dans la rue (ça peut arriver), dans les Musées (ça peut aussi arriver) ou plus surprenant, à l’Hôtel (et vas-y que j’te parle à 10.000 à l’heure en Italien alors qu’on a bien précisé qu’on ne parle pas la langue mais qu’on parle Anglais)… Est-ce qu’à Rome c’est différent ?
 
L’Italie du Nord semble être différente de celle du Sud d’après ce que j’ai lu et entendu. Ce séjour m’a donné envie de voir Rome. Ce sera pour une prochaine fois. Si vous avez aimé les photos, j'ai fait un ZIP contenant toutes les photos, mais en plus grand (800 pixels de large). Pour le télécharger, cliquez ici. Voilà, compte-rendu de Naples terminé, merci beaucoup d'avoir pris le temps de me lire, et je vous donne rendez-vous lundi prochain pour la suite des aventures au collège.

Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 30 mars 2013 6 30 /03 /Mars /2013 00:01
Aujourd’hui, beaucoup de culture, et un peu de cul. Direction le Musée Archéologique de Naples, avec de bien belles sculptures. Athéna, Hercule et son manteau en peau de lion de Némée, ils sont tous là. Je trouve les deux bustes ci-dessous vraiment sublimes.
 
 
 
 
 
 
Ci-dessous, une lampe à huile particulièrement sympa, et deux visages plutôt flippants.
 
 
 
Une femme avec un sexe d’homme, ou l’inverse, je ne sais pas, je ne sais plus.
 
 
Il y a également une grande maquette de Pompéi.
 
 
De très belles mosaïques, dont une utilisée dans le Live à Pompéi de Pink Floyd (décidément) et le fameux Alexandre le Grand que l’on peut voir un peu partout. Pas mal de mosaïques humoristiques aussi, les Romains de l’époque étant très friands de comédies franchouillardes à base de maris trompés, d'amants dans le placard etc.
 
 
 
 
 
La curiosité à voir dans ce Musée est le «Cabinet Secret» (interdits aux moins de 14 ans). On peut y voir de nombreuses peintures, sculptures et objets liés à la sexualité des Romains à l’époque de Pompéi. Je vous mets seulement quelques photos qui représentent bien ce qu’on peut y voir, à commencer par une magnifique scène d’amour.
 
 
 
 
 

Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mercredi 27 mars 2013 3 27 /03 /Mars /2013 00:01
Sorrento est une ville située à 1h de Naples en RER. Au bout de la première demi-heure, on passe par Pompéi, et au bout de la deuxième demi-heure, on découvre une ville proprement charmante au bord de la mer, avec Naples au loin. Assez touristique, loin de l’agitation et le bruit de Naples, c’est vraiment une ville à visiter ne serait-ce que pour le bonheur de flâner en admirant les citronniers et mandariniers poussant un peu partout dans les jardins, les parcs, sur les balcons etc.
 
 
 
Ci-dessous, nous avons déjeuné au bord de la mer, à la Trattoria da Emilia, située en bas à gauche de la photo. Située en contrebas de Sorrento, l’endroit est encore plus calme que ne l’est déjà la ville. Après la photo de la Trattoria, un aperçu des ruelles empruntées pour y arriver.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ci-dessous, la même situation qu’à Naples : les gens posent leurs ordures devant leurs porte en attendant qu’on vienne les ramasser. Vu qu’on est dans une petite ville, la situation n’est pas aussi triste qu’à Naples, et pour le coup c’en est presque pittoresque.
 
 
Les édifices religieux ressemblent souvent à des tartes au citron recouvertes de chantilly.
 
 
 
 
 
Le ghibli ou sirocco est un vent chaud d'Afrique du Nord. Le mot a été repris par Miyazaki pour son Studio. Ghibli est également le nom d’un modèle de voiture Maserati commercialisée entre 1966 et 1973, d’où le fait qu’on retrouve le mot sur un moteur d’avion dans Porco Rosso… Sorrento semble avoir aussi inspiré Miyazaki pour la ville de Kiki la Petite Sorcière - tout comme Stockholm.
 
 
 
 
 
 
Sorrento contient un Temple Antique dédié au Culte des Sirènes. Ca n’a pas échappé à Masami Kurumada (l’auteur des Chevaliers du Zodiaque) qui a donné le nom de la ville au Chevalier de la Sirène, posant ci-dessous devant un hôtel où les réveils doivent être agréables si la chambre donne sur la mer juste à droite.
 
 
Dans la note sur Pompéi, je vous avais dit qu’en venant à Naples, il y a deux choses que voulais absolument voir, et la première était l’amphithéâtre où fut tourné le Live à Pompéi de Pink Floyd. La deuxième est un sublime moulin abandonné dont j’avais vu la photo il y a quelques mois je ne sais plus trop où sur le net. Je m’étais renseigné sur sa localisation, et le nom Sorrento m’était resté en tête (à cause du Chevalier de la Sirène). En préparant ce séjour à Naples, je me suis rendu compte que Sorrento était juste à coté de Naples. 
 
Une fois sortis de la gare, il faisait si beau que j’ai oublié le moulin l’espace d’un instant. C’est une fois sur la place centrale que je me suis rendu compte que nous étions à 200 mètres du fameux moulin. Il était juste là, au bout de la rue, derrière la barrière verte de la photo ci-dessous. J’avais vu la photo de cet endroit y'a quelques mois, et là, j’y étais.
 
 
Plus que quelques pas…
 
 
Et le voilà, dans toute sa splendeur.
 
 
Un vrai morceau de Château dans le Ciel tombé en plein milieu de la ville. Une vue somptueuse (et vertigineuse) qui refroidit un peu vu la hauteur : le sol est dix étages plus bas. Une seule question se pose alors : comment le visiter ? Un escalier sur la gauche descend jusqu’au moulin, mais impossible de voir comment accéder à cet escalier... Bon, on va chercher un autre moyen alors. Autour du moulin, à part l’escalier, trois accès apparaissent.
 
 
 
1) Une rivière sur la gauche. Oui mais elle vient d’une cascade artificielle de 5 mètres de haut. Et s’écoule par un tuyau de 50 centimètres de diamètres. 2) Une autre rivière passe à coté du moulin, sur la droite. Oui mais elle vient d’un espèce de canyon très étroit et inaccessible. 3) Le troisième accès est tout aussi mort : les deux rivières se rejoignent dans un tuyau d’égout similaire à celui de la cascade. Juste à coté, on distingue une grotte, mais impossible de savoir si elle mène quelque part.
 
 
Il faut alors se rendre à la triste évidence : sans matériel d’escalade (et une grosse discrétion) l’endroit est tout bonnement inaccessible, et tout le prouve : aucun tag(s), aucune trace de visite (sinon il n’y aurait pas autant d’herbe sur le chemin) … J’ai cherché des photos du moulin sur le net, rien à faire, que des photos prises depuis la barrière verte. Aucune photo de l’intérieur - si vous en trouvez, signalez-le moi, merci !
 
 
Après un petit moment de râlerie, je me dis que c’est pas si mal, finalement. Je me dis que dans son trou de verdure, le moulin est à l’abri des tags, des grafs, du vandalisme, de la récupération… Je repartirais de Sorrento sans avoir visité ce moulin, mais je me dis que si d’autres personnes viennent là suite à cette note, elles verront la même chose que moi. L’endroit n’aura pas changé et dégager la même magie. Et ça, c’est pas quand même pas mal. Pour voir le moulin dans Google Maps, cliquez ici, mais prenez ces coordonnées comme une simple indication : on ne voit rien, ni en vue satellite, ni en mode Street View. Faut venir sur place, quoi. Ou regarder ici.
 
J’ai fait une vidéo mais pour cause d’exposition trop lumineuse la qualité est bof. Ci-dessous, voilà une vidéo de bien meilleure qualité. A télécharger en 1080 juste ici.
 
 

Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Dimanche 24 mars 2013 7 24 /03 /Mars /2013 00:01
Qui ne connaît pas cette ville à part ma collègue ? Pour ceux qui ne connaissent pas, imaginez une ville Romaine recouverte par une pluie de pierres et de cendres échappées d’un volcan prénommé Vésuve, situé juste à coté. Plein de morts, soit écrasés sous l’effondrement des toits des maisons sous lesquelles ils s’étaient réfugiés, soit asphyxiés par les gaz mortels échappées du Vésuve. Tout ça en l’an 79 après JC.
 
Ce n’est que vers 1748 qu’on décide de fouiller le site (c'est-à-dire dégager des tonnes et des tonnes de cailloux, pierres et cendres) et qu’on découvre une ville remarquablement conservée, puisque «figée» par l’épaisse couche de gravats. On trouve bien sur des ruines, mais aussi des cadavres, d’hommes, de chiens, et pas mal d’objets de la vie de tous les jours… Un site exceptionnel, à voir une fois dans sa vie tellement ça fout le vertige de se promener dans des maisons où des gens vécurent il y a 2000 ans.
 
Pour y aller depuis Naples, on prend le RER local. L’occasion de se rendre compte que les gares ont l’air d’être (presque toutes) abandonnés, alors qu’en fait, non. Des tags dans tous les sens (également à Naples), mais alors vraiment dans tous les sens. (Presque) pas un seul bâtiment non recouvert de tags ou d’affiches. Et de l'herbe partout.
 
 
 
Une fois à Pompéi, on passe devant la buvette locale avec ses énôôôrmes citrons (dont le jus n’est pas forcément extra) et après avoir payé son billet (en liquide, comme presque partout dans la région) on se promène un peu où l’on veut dans les ruines.
 
 
Et là, on voyage dans le temps. Pas autant qu’on le voudrait, puisqu’il n’y a presque «que» des maisons en ruines (quand on en a vu une, on les a toutes vues), mais c’est quand même un régal de s’imaginer la vie qui régnait là avant l’éruption. Et puis il y a les thermes, quelques temples, des colonnes, en fait il y a tout ce qu’il faut, je suis un peu mauvaise langue. C'est vraiment un très beau site.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et il y a surtout… l’Anfiteatro !
 
 
 
 
 
C’est une des deux choses que je voulais *absolument* voir en venant à Naples (la deuxième étant un moulin abandonné que vous verrez dans une autre note). Pour ceux qui ne connaissent pas l’endroit, c’est là que Pink Floyd enregistra le merveilleux Live à Pompéi. Le meilleur extrait (bien qu’un peu difficile d’accès) est évidemment «A Saucerful of Secrets», ci-dessous.

David Gilmour (jean crade et pieds nus) qui gratouille, Roger Waters et son gong magique, Rick Wright et son orgue céleste, Nick Mason et son riff de batterie dévastateur, une musique hypnothique, chaotique, une ambiance sale (la bande-son de Massacre à la Tronçonneuse, vous connaissez ?) … Pour moi c’est l’apothéose de l’harmonie cosmique transcendantale entre image et musique. A ne pas regarder si c’est pour zapper au bout de 20 secondes.
 
 
 
On ne pouvait visiter que le rez-de-chaussée de l'Anfiteatro mais je suis quand même grimpé en haut voir si la vue était belle. Le coin n'étant pas du tout surveillé, et sans trop de monde autour, j'ai vite fait enjambé la pauvre barrière en bois.
 
.            
.
Et c'est tout de suite plus sympa vu d'en haut.
.
 
 
 
 
 
 
Ci-dessous, la Nécropole, le Théatre et les Thermes, où l’ont peut voir quelques cadavres. C’est assez fascinant de s’imaginer qu’on voit des gens morts depuis 2000 ans et aussi bien conservés. Merci le Vésuve. Qui étaient ces gens ? Que penseraient-ils s’ils savaient que 2000 ans plus tard on vient s’extasier de voir l’os qui dépasse de leurs doigts ? Le cadavre dont on voit le crâne me rappelle l’affiche du film Inferno...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enfin, le soleil pointa le bout de son nez, ce qui permit de faire quelques photos d’autres ruines, et de rire à la buvette en lisant la traduction Italienne du mot «boisson(s)».
 
 

Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés