Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 07:10

 

 
 

Aujourd'hui je vais vous raconter une belle histoire survenue lors de mon séjour au Japon. Vers 8h, Vanessa et moi nous sommes partis de Tokyo vers Shin-Fuji. Pourquoi s'arrêter à Shin-Fuji ? Parce que de là un bus allait nous emmener aux alentours de 10h vers le Shibazakura Festival, un magnifique parc fleuri avec une vue sur le Fujiyama à tomber par terre. Ci-dessous, une petite carte.

 
 
 
 

Le trajet en bus de Shin-Fuji vers le Shibazakura Festival ne devait durer qu'une heure et quart, mais comme nous étions en pleine Golden Week, le chauffeur du bus nous a informé que le trajet serait plus long. Effectivement, il passa d'une heure et quart à trois heures. Bon, au moins nous étions dans un car climatisé, c'était déjà ça... Etant donné que nous ne voulions pas rater le train Shinkansen de 17h11 nous emmenant à notre prochaine destination (Kyoto) le chauffeur nous conseilla de ne pas rater le bus de 15h retournant du Shibazakura Festival à Shin-Fuji - vous suivez ?

 
 
 
 

Une fois arrivés un peu avant 13h au Shibazakura Festival, nous avions donc tout juste deux heures pour profiter du festival. Ce fut amplement suffisant, voici des photos :

 
 
 
 
 
 
 
 
 

A 15h, au moment de rentrer, nous nous sommes emmêlés les pinceaux et avons pris un bus bondé (au lieu du même car qu'à l'aller) sans aucune place assise. Autre mauvaise surprise : le trajet de retour était aussi embouteillé qu'à l'aller. Nous commencions donc à nous demander si nous pourrions choper le train de 17h11 à temps. Aux trois quart du trajet (1h30 debout dans un bus bondé qui avance à 15 à l'heure) alors que des gens descendaient du bus à un arrêt, un type dehors me fait des signes et nous demande de descendre Vanessa et moi.

 

Je reconnais alors le type : c'est le chauffeur du car que nous avions pris à l'aller. Sans son képi je ne l'avais pas reconnu, et le képi implique qu'à priori, il ne travaille pas (pause ? fin de journée ?). Il nous fait signe de le suivre. Au début nous pensons qu'il nous guide vers un autre bus (ou car), mais en fait, non, il nous guide vers une voiture dans laquelle nous montons. Il nous dit plusieurs fois "Hayaku !" ("Vite !")

 

Il démarre et là nous nous souvenons que le matin-même nous lui avions parlé vite fait (avec le peu de Japonais que je connais) du train de 17h11 pour Kyoto. Nous réalisons alors qu'il est en train de prendre toutes les petites rues pour éviter les bouchons et essayer de nous amener à la gare à l'heure, 1) avec sa voiture à lui, 2) alors qu'à priori il a fini de bosser, 3) il se souvient de nous et de l'horaire du train !

 
 
 
 

Pendant le trajet nous l'entendons parler avec ses collègues de la gare. Il nous explique qu'il y a vraiment trop de trafic pour avoir le train de 17h11 et qu'il est en train d'arranger le coup pour que nous puissions choper le train de 17h39 avec nos tickets actuels. Ça faisait 1h30 qu'on était debout dans un bus, et là on se retrouve à l'arrière d'une bagnole super classe climatisée avec un mec adorable. On a un peu les larmes aux yeux. Durant le trajet Vanessa lui file sa carte, il nous file la sienne, je lui dis de nous contacter si il vient à Paris, qu'on lui offre un diner. Une fois arrivés à la gare, il explique de nouveau tout à ses collègues. Nous avons finalement du payer un p'tit supplément pour choper en vitesse le train suivant, mais qu'importe, la gentillesse de ce chauffeur a fait notre journée. Nous l'avons remercié comme il se devait.

 

Ci-dessous, le dessin de la situation. Ayant pris la carte de visite de Koïké (c'est son nom), je lui ai envoyé le dessin. Est-ce qu'il m'a répondu ? OUI ! J'ai reçu une réponse 2 semaines plus tard (ci-dessous après le dessin). Il a du traduire son mail avec Google ou un autre truc, mais ce "merci pour la peinture merveilleuse" est tout simplement superbe. Merci encore Koiké !

 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article

commentaires

Laurent 17/05/2017 21:42

Pas la première anecdote du style que j'entends sur le Japon...
'sont cools cette équipe :-).

Myrtille 17/05/2017 11:31

Tomber sur des gens en or comme ça wow, vous avez eu une chance de dingue ! J'espere vraiment que cette petite histoire trouvera une suite et qu'il repondra (ou passera a Paris et vous contactera !) parce que c'est vraiment emouvant !

Tim 17/05/2017 13:40

J'espere également avoir une réponse. Y'en aura peut-etre pas, mais je tenais à le remercier ! :-)