Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Facebook
DailyMotion
Google +
Twitter

 

 
 
BD
CV
Portfolio
E-Mail
Presse
Agenda
Quotidien Survival

Categories
 
Explorations
Le Monde du Travail
Midsommar
Rêves
Magma
Enervations
Stockholm
Photos
30 Jours de BD
30 Jours de BD

Pages
 
Domaine
Ruban
Village
Ruban
Ruban
Reve
Piscine
Aquarius
Maison
Neige
Nuage
Nygarda
Ruisseau
Totoro
Faces
Bots
Ecureuils
Eglise
Histoire
Marguerite
Old
Michael
Selma
Quiberville
Quiberville
Quiberville
Quiberville

Selma
 
Dessins à Vendre
Tshirts
Liens
Soutien
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 07:30

 

 

 

C'est quoi ce mail qui déboule dans mon téléphone ? C'est une commande de dessin, une photo d'un exemplaire de Quotidien Survival, un commentaire sur Un Feutre dans ma Limonade une invitation à un Festival de BD ou un mail qui m'apporte des infos sur un lieu abandonné. Et ça peut se résumer en un seul truc: c'est quelque chose qui fait que je me sens utile, une sorte de récompense qui fait que je me dis «Hey, j'ai bien fait de faire tel ou tel truc, quelqu'un a trouvé ça utile».


Voilà, je me sens utile, et c'est une chose merveilleuse et immatériel. Pour pas que cette note paraisse trop nounouille avec mes états d'âme sur le temps qui passe, la mort et tout ça, voilà un sketch des Monty Python intitulé «No Time To Lose» (d'où le nom de cette note) et qui me semble parfaitement approprié pour terminer cette note sur un sourire. Cliquez ici ou sur l'image ci-dessous pour le regarder.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article

commentaires

Rutabaga 01/09/2015 13:50

Si tu cherches des endroits à visiter, vas voir la chaîne Youtube de Chasseur de Fantômes, il visite de chouettes trucs :D

Tim 02/09/2015 13:29

J'ai vu une vidéo de cette personne, merci ! :-)

Leina 17/07/2015 19:24

Ca fait un moment que je ressens tout ça, sans trop arriver à l'exprimer... o_o Et je vais avoir 25 berges. C'est bizarre, c'est comme une sensation d'urgence, un peu... c'est peut-être dû à une vieille tendance à procrastiner ? :D
Concernant les endroits abandonnés qui finissent rasés ou détruits... il reste les photos, et la certitude qu'on n'a pas perdu son temps à les visiter (bons souvenirs pour soi, et ça fait rêver les autres). "Histoire méga gay" hahaaa, tu t'es grillé :p

Tim 18/07/2015 11:08

Héhé, oui il est top ce commentaire "méga gay" hein ? :-)
Pour la sensation d'urgence, le bon coté c'est que ça permet de produire. Peut-etre pas bien, peut-etre pas de la meilleure des façons, mais je n'arrive pas à "rien faire", je m'ennuies vite. C'est peut-etre une maladie.

Jean Ralphio 06/07/2015 17:33

histoire méga GAY

Tim 06/07/2015 21:17

Oups, j'avais peur que mon homosexualité soit démasquée avec le coup du bureau dans le ciel, me voilà grillé.

Mila 06/07/2015 12:29

Bonjour,

je suis régulierement ton blog, j'aime bcp tes dessins et ces sensations universelles que tu écoutes et auxquelles tu donnes vie pour notre plus grand plaisir.

Il y a quand meme un truc qui m'énerve et qui revient souvent, c'est le coté "ouf, je ne prends pas de drogues, je suis quelqu'un de bien"
Ecoute, tant mieux pour toi, mais tu en parles si régulièrement qu'on pourrait se demander si ca ne t'interesse pas d'y gouter?

La drogue, c'est comme tout: un peu ca va, beaucoup bonjour les dégats.
Mais, meme avec de la drogue, on fait la part des choses et on peut y avoir gouté sans être tombé dedans. Et franchement, ce sont des experiences que je n'oublierai jamais et que je recommande à tout le monde, sous certaines conditions bien sur.

1/ avoir envie d'en prendre (et ne pas en prendre pour suivre le groupe tout en ayant peur d'en prendre, sinon mauvais trip assuré)
2/ en prendre avec des amis (des gens que tu connais sur le bout des doigts, en qui tu as confiance à 100%, sur qui tu es sur de compter s'il arrive quelque chose à quelqu'un, pas de vagues connaissances)
3/ Prendre de la drogue de qualité. 2 solutions:
- être avec des gens qui s'y connaissent en deal et qui sauront quoi prendre et en quelle quantité
- si personne n'a ces connaissances, en prendre un tout tout petit peu au debut, attendre 3h, voir l'effet que ca fait puis en reprendre ou pas en fonction.

Dans ces conditions, c'est vraiment une expérience géniale, que j'ai pratiqué une dizaine de fois il y a 15 ans, qui ont modifié ma vision de la vie et qui n'ont en aucun cas fait de moi une droguée.

jackmarcheur 10/07/2015 23:26

PS : d'un autre côté, quelqu'un qui prend des drogues n'est pas non plus forcément quelqu'un de bien...

jackmarcheur 10/07/2015 23:23

Salut Mila,
je trouve ta recommandation d'essayer les drogues tout à fait révoltante et déplacée. Chacun est libre d'écrire ce qu'il veut, on est dans un pays qui le permet, mais je suis tout à fait opposé à tes idées.
Que tu aies eu des expériences heureuses avec tes drogues, très bien, mais que tu donnes un mode d'emploi en le banalisant, je ne sais pas si tu te rends compte de la portée de ce que tu écris.
Bon disons que c'est comme si tu conseilles à tout le monde de "rouler à 200 à l'heure sur une route limitée à 30 à l'heure, parce que ouais quelle expérience géniale et ce n'est pas pour ça que je suis devenue un délinquant de la route ou que j'ai tué un piéton".
Mon point de vue c'est qu'il suffit d'UNE SEULE FOIS pour devenir accro à n'importe quelle drogue, comme il suffit d'un seul excès de vitesse pour avoir un accident monstrueux.
J'ai pris l'analogie de la vitesse pour la drogue car dans les 2 cas , il s'agit de la perte de contrôle de soi, et comme le dit très bien Tim, de prendre le risque de dégrader et abimer son corps.
Libre à toi de le faire, mais que tu le recommandes de cette manière, franchement...
Tim t'a peut être énervée, mais du coup c'est toi qui m'as énervé avec ton commentaire qui est un hymne à des expériences dangereuses.
Dans son bouquin Ecriture, le grand Maître Stephen King raconte comment, lorsqu'il se droguait, il croyait que c'est la drogue qui lui donnait l'inspiration. Des années de sevrage plus tard, il dit qu'un écrivain qui se drogue est juste... un drogué qui écrit. Je ne sais pas si tu as lu Joyland ou 22 11 63, mais je peux te dire que même sans drogues, le King est toujours au top.
J'espère que tu réfléchiras plus à l'avenir aux dégâts que tu peux causer à autrui avant d'écrire de tels commentaires...
Bonne nuit

jack

Tim 06/07/2015 21:26

Salut Mila,

Je ne prétends pas être quelqu'un de bien en ne me droguant pas, j'ai des amis qui fument, tabac et/ou cannabis, qui boivent de l'alcool, je ne les considère pas du tout comme des gens pas bien, chacun son bonheur. Je considère qu'ils abîment leurs corps mais je ne leur dit pas non plus, chacun est responsable de sa santé.

J'ai un blocage avec l'idée de devoir dégrader son corps pour arriver à cet état de bonheur qu'on appelle «ivresse» ou «planer». J'ai gouté la clope, j'ai gouté le cannabis, je goute de l'alcool à l'occasion pour voir si des fois y'aurait pas une bière ou un vin que j'aimerais bien, mais rien à faire, pour moi c'est comme de l'alcool à 90, et la bière à pour moi un goût de pipi. J'aime bien l'odeur du cannabis et une fois j'ai mangé du space-cake (sans savoir que ça en était) et c'était une experience rigolote de voir les gens agités de tremblement à la télé.

Essayer un truc clean un jour ? Pourquoi pas, mais l'occasion ne s'est encore jamais présentée. Si ça peut procurer les mêmes sensations que l'exploration urbaine, pourquoi pas, mais c'est juste pas sur ma liste de choses à faire en priorité pour le moment.

En espérant avoir clarifié les choses :o)

Tim

madvic 02/07/2015 17:50

Hello Tim,

Toujours pile-poil tes notes !

Cela fait près de 8 ans que je suis ton blog et tes escapades, oui déjà.

C'est marrant car moi aussi j'ai 36 ans (dans 2 semaines) et je ressens ces sentiments depuis 3 mois et plus ça va plus j'essaye d'analyser ces sentiments et de savoir ce qu'il faut faire ou pas.

Continuer à courir après quoi ? Ou bien rien, faire l'éloge de la lenteur pour apprécier le temps présent.

On regarde derrière pour voir ce que l'on a fait. On se dit que nous aurions pu faire différemment mais en fait non, car nous sommes tel que nous sommes. Alors quoi ?

Pourquoi ça n'avance pas ? Pas assez efficace ? On attend les autres ? On attend quoi ?

Pourtant les projets avancent, de mon côté j'ai fondé une famille magnifique. On a réussit a quitter la région parisienne (énorme! :-D)), et on s’installe en province. On cherche du taf, on en trouve un peu. Et on se fait chier dans son quotidien (au boulot). Les projets n'avancent pas assez vite, pourquoi par ce qu'il y a 10 000 choses avec nous dans nos sacs, nos amis, nos anciens collègues que l'on veut revoir une fois de temps en temps, nos enfants que l'on veut voir grandir, le quotidien a faire et là on rentre dans la monotonie mais si pourtant quel plaisir ! Tous cela m'enferme dans une boite ou l'on a l'impression de regarder un film. Je ne me sens plus acteur mais spectateur et ça c'est flippant. Les sentiments formulés dans ta planche, j'en ressens une bonne partie.

Là ou je te rejoins c'est de partir à l'aventure, faire quelque chose d’original qui change du quotidien, là on se sent exister. Après en fonction du contexte toute la difficulté est de créer tous ces événements, ces moments qui nous font rester jeune ;-).

Tim 02/07/2015 17:50

Hey Madvic, merci pour ton commentaire, il est cool ! C'est super de trouver un équilibre et de ne pas sentir de frustration, ou de besoin d'être un peu speed pour faire ses projets. J'espere que tu pourras quand même etre acteur, bien que je dises ça alors que je ne connais pas trop ta vie. Et c'est vrai que même en ne faisant rien de spécial, bah on peut etre très heureux, c'est assez fou, mais c'est vrai. Et comme tu le dis bien, il faut surtout trouver le temps de se créer des evenements pour se sentir exister. Et c'est beaucoup de travail ! :o)